Navigation – Plan du site

Les publications des sociétés d’architectes en France au XIXe siècle : construire une culture de métier, promouvoir une identité de la profession

Guy Lambert
p. 51-68

Résumé

Parmi les moyens qu’emploient au XIXe siècle les sociétés professionnelles d’architectes pour revendiquer l’honorabilité de leur métier, défendre le titre et construire une confraternité corporative, les publications tiennent une place dont l’apparente importance mérite d’être analysée. Dans cette perspective, il s’agit ici d’examiner les liens entre le projet institutionnel de ces sociétés et le lectorat escompté de leurs multiples publications. Dans quelle mesure, la volonté – explicite ou implicite – de toucher un public élargi dépassant leurs membres et même les seuls architectes contribue-t-elle à construire l’identité de la profession non seulement à l’intérieur de la corporation, mais aussi au-delà ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2019.

Plan

1. Des projets éditoriaux convergents dans un paysage corporatif fragmenté ?
2. Du bulletin à la revue, une ouverture plus ou moins grande
3. Des outils pour la pratique, une promotion de l’impartialité de l’architecte
4. Représenter la profession

Aperçu du texte

La place qu’ont tenue en France les sociétés professionnelles d’architectes dans la définition libérale de la profession et dans son organisation au XIXe siècle n’est aujourd’hui plus à démontrer. Les plus emblématiques d’entre elles, en raison de leur statut institutionnel, de leur envergure nationale, de l’ambition de leur programme et du nombre de leurs membres, ont aussi été les mieux considérées par les historiens : la Société centrale des architectes français (créée en 1840), la Société des architectes diplômés par le gouvernement (SADG, créée en 1877 tout d’abord sous la forme d’une amicale des diplômés de l’École des beaux-arts de Paris) et l’Union syndicale des architectes français, association « de tendance » soudée autour d’Anatole de Baudot et de la leçon viollet-le-ducienne (US, 1890). Il ne faut toutefois pas sous-estimer leurs homologues à l’échelle départementale ou régionale, parfois créées très tôt telle la société académique des architectes de Lyon (en 1829), fédé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lambert, « Les publications des sociétés d’architectes en France au XIXe siècle : construire une culture de métier, promouvoir une identité de la profession », Études de lettres, 1 | 2017, 51-68.

Référence électronique

Guy Lambert, « Les publications des sociétés d’architectes en France au XIXe siècle : construire une culture de métier, promouvoir une identité de la profession », Études de lettres [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 29 mai 2017. URL : http://edl.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/edl.965

Haut de page

Auteur

Guy Lambert

Université Paris-Est, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS (UMR CNRS AUSser 3329)

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org