Navigation – Plan du site

Corruption naturelle et corruption civilisationnelle dans le Theophrastus Redivivus (1659)

Jean-Pierre Cavaillé

Résumé

L’article formule et affronte un paradoxe qui se trouve au cœur du traité anonyme intitulé Theophrastus redivivus, mais aussi, au-delà, de ce qu’il est convenu d’appeler le libertinisme ou le naturalisme libertin. Cet ouvrage, dont l’objectif est la mise en œuvre d’un projet philosophique d’émancipation des erreurs et mensonges des religions révélées, réfute en effet la conception chrétienne de la corruption, fondée sur le concept de péché et sur le principe théologique du péché originel source de toute corruption, pour revenir à une conception strictement physiciste de la corruption, complémentaire de la génération qui sont les deux principes naturels auxquels sont soumis les êtres naturels sublunaires. Mais cet affranchissement philosophique, véritable retour à la nature, fait apparaître l’ensemble de la société humaine régie par l’illusion religieuse, et structurée par des lois et des préceptes qui fondent la servitude et l’inégalité entre les hommes, comme un état de corruption, d’altération radicale eu égard à la loi naturelle, que le sage considère comme sa seule règle d’action. Il y a ainsi une tentation perfectiste chez le sage libertin, seul esprit affranchi et incorrompu, dans un monde humain radicalement corrompu ; une corruption morale et intellectuelle dont le seul recours à l’histoire naturelle a bien du mal à rendre compte.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Le paradoxe de la corruption
Démolition du dogme de la nature corrompu
Un Dieu incorruptible n’est rien
Le cycle naturel des générations et des corruptions (mortalité de l’homme et donc de l’âme)
L’homme est moins que l’insecte
La religion : générée, donc corruptible
Fatalité de la religion et liberté du sage
La civilisation comme corruption de la nature
Une pensée athée de la vanité

Aperçu du texte

Dans les lignes qui suivent, nous voudrions mettre en lumière un paradoxe qui nous paraît se trouver au cœur du Theophrastus redivivus, manuscrit clandestin, anonyme, achevé en 1659. Ce traité se présente comme une mise en ordre encyclopédique et produit à la fois une interprétation radicale de motifs philosophiques anciens (aristotéliciens, épicuriens, sceptiques, stoïciens, cyniques) et d’auteurs modernes (Machiavel, Pomponazzi, Cardan, Charron, Vanini, etc.) qui sapent les fondements des religions révélées au profit d’une vision du monde souvent (et dès l’époque) nommée naturaliste, du fait que la nature s’y trouve appréhendée comme l’entité englobant l’ensemble de ce qui existe. Ainsi le paradoxe que nous voulons mettre en lumière n’est-il pas propre au Theophrastus, mais se trouve au cœur de cette culture philosophique qu’il est convenu de nommer « libertine », qui produit, de manière plus ou moins ouverte ou couverte, une critique foncière de la religion ramenée à ses fonction...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Corruption naturelle et corruption civilisationnelle dans le Theophrastus Redivivus (1659) », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://edl.revues.org/925 ; DOI : 10.4000/edl.925

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org