Navigation – Plan du site

La corruption du composé de l’âme et du corps selon Descartes

Géraldine Caps

Résumé

Bien que le terme « corruption » soit rarement employé par Descartes, ses occurrences s’avèrent en parfaite conformité avec l’ensemble des thèses constitutives de son système. Alors que l’acception du terme varie selon ce à quoi il se rapporte, il n’en reste pas moins que ses usages se rencontrent à des moments philosophiques charnières. Ainsi, loin d’être reléguée au second plan, la notion de corruption revêt de toute évidence une importance qui, jusqu’alors, a été largement sous-estimée, voire occultée. Dans le dessein de contrer la tradition scolastique, Descartes insiste sur l’objectif fondamental de son œuvre philosophique, à savoir la nécessité d’atteindre une connaissance claire et distincte dans les sciences. Cette lecture épistémologique se double d’une réflexion philosophique, anthropologique et morale sur le travail qu’un individu entreprendra sur ses propres représentations aux seules fins de ruiner la forme de corruption que sont les préjugés et les utopies qu’il véhicule, souvent depuis l’enfance, aussi bien sur certains phénomènes du monde qui l’entourent que sur lui-même.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

L’hydropique ou une corruption partielle pathologique du composé
L’identité et la finitude humaines mises en question
Une anthropologie humaine renforcée

Aperçu du texte

Chez Descartes, la notion de corruption, entendue au sens de corruption du tout qu’est l’homme, occupe une place cardinale dans l’étude du cas pathologique de l’hydropique. Le philosophe peut alors approfondir sa réflexion anthropologique sur l’union de l’âme et du corps, tout en ouvrant de nouvelles perspectives épistémologiques et pratiques en médecine. Toutefois, ce point s’avère paradoxal, et constitue quasiment un cas limite. En effet, la troisième des « notions primitives » présente un trait particulier en ce qu’elle est à la fois unitaire, mais également composée de deux entités hétérogènes qui sont elles-mêmes des « notions primitives » et qui ordinairement sont intimement liées, tout en disposant aussi simultanément d’une indépendance partielle réciproque ; le corps – en tant que substance étendue – pouvant agir indépendamment de l’âme – dont l’essence est d’être une substance pensante – et réciproquement. Néanmoins, un cas pathologique comme l’hydropisie va porter atteinte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Caps, « La corruption du composé de l’âme et du corps selon Descartes », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://edl.revues.org/923 ; DOI : 10.4000/edl.923

Haut de page

Auteur

Géraldine Caps

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org