Navigation – Plan du site

Désordre et corruption dans l’état de nature déchue. L’anthropologie déréglée de Jean-François Senault et la querelle de la grâce (1644-1648)

Sylvio Hermann De Franceschi

Résumé

Dans son traité de L’Homme criminel (1644), l’oratorien français Jean-François Senault (1601-1672) a livré une des analyses théologiques les plus poussées, à l’âge classique, de la notion de corruption appliquée à la nature humaine et à son état après le péché originel. Le présent article tente d’éclaircir la position exacte du P. Senault dans la querelle de la grâce à partir de la mise en lumière de son augustinisme, mais aussi de son thomisme, à l’œuvre aussi bien dans L’Homme criminel que dans le traité de L’Homme chrestien (1648). Il apparaît que loin d’être clairement acquis à la cause d’un augustinisme jansénisant, le P. Senault a fini par exprimer la volonté, rare en son temps, d’un éclectisme théologique qui le conduit à admettre l’orthodoxie catholique du congruisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

La corruption de la nature par le péché originel
Dégénérescence et contagion corruptrice
La grâce réparante : thomisme et augustinisme oratoriens

Aperçu du texte

De longévité désormais plus que millénaire, la querelle sur les rapports de la grâce divine avec le libre arbitre a brutalement rebondi en catholicité au lendemain de la conclusion du concile de Trente. On se souvient qu’au départ, la dispute a opposé les jésuites, disciples de leur confrère Luis de Molina (1535-1600), l’auteur d’une célèbre Concordia liberi arbitrii cum gratiæ donis (1588) – où était défendue la thèse d’une grâce suffisante généralement conférée aux hommes une fois prévus leurs mérites et dont la suffisance aboutissait à une pleine efficacité en vertu du consentement du libre arbitre –, aux dominicains, défenseurs patentés des enseignements de saint Thomas, mais aussi de saint Augustin, pour qui devaient être invariablement maintenus le principe augustinien d’une prédestination gratuite à la gloire, soit avant prévision des mérites, et l’idée d’une grâce efficace par elle-même. Il est rapidement apparu que la solution de la querelle devait forcément passer par un r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvio Hermann De Franceschi, « Désordre et corruption dans l’état de nature déchue. L’anthropologie déréglée de Jean-François Senault et la querelle de la grâce (1644-1648) », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://edl.revues.org/917 ; DOI : 10.4000/edl.917

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org