Navigation – Plan du site

L’imaginaire de la corruption dans La Pratique de Repentance (1631) de Nicolas Vignier

Inès Kirschleger

Résumé

En 1631, le pasteur de l’Eglise Réformée de Blois Nicolas Vignier publie un ensemble de vingt sermons sur le psaume 51 sous le titre de Pratique de Repentance. Le recueil se présente, dans la tradition des commentaires exégétiques fin de siècle, comme une succession de méditations sur chacun des versets du psaume. L’objectif de l’auteur est double : joindre l’instruction à l’utilité, ou en d’autres mots le discours exhortatif du prédicateur (« amendez-vous ») à la réflexion du théologien sur l’« excellence » du livre des psaumes. Vignier propose ainsi, selon les termes de son Epître liminaire, de « contempler un parfait tableau de la vraye repentance du péché » au prisme du « plus clair miroir de la grace & misericorde de Dieu » que les Ecritures puissent proposer. Ce faisant les méditations de Vignier placent le concept de corruption « generale » et « universelle » de la nature humaine au cœur de la problématique de la repentance. Tout un réseau de convergences imaginaires puisées dans les mots et dans l’esprit des psaumes affleure ainsi autour de la notion de corruption, sur cette scène dramatique où se joue la repentance du pécheur pénitent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Enseigner par l’exemple de David : l’excellence et l’utilité du livre des psaumes
Au fond du « gouffre de désespoir »
Sources et ruisseaux

Aperçu du texte

Si le livre des psaumes constitue un excellent support pour méditer la représentation du péché et s’interroger sur les conséquences d’une âme dépravée dans la pratique de la foi, à plus forte raison le psaume 51, grand psaume de la pénitence s’il en fut, psaume du déchirement de l’âme repentante rongée par la culpabilité et le remords, se prête-t-il particulièrement bien à une analyse du traitement de la notion de corruption dans la prédication réformée du premier XVIIe siècle. Par la place qu’il occupe dans la liturgie et la tradition chrétiennes, le Miserere mei est assurément l’un des psaumes les plus connus et les plus prisés du genre de la méditation. Les protestants semblent toutefois l’avoir moins plébiscité que les catholiques, l’attention portée aux psaumes dits pénitentiels d’une façon globale étant chez eux bien moindre que chez leurs coreligionnaires. Mais si l’on ne peut pas dire qu’il s’agisse là d’un psaume de prédilection, le psaume 51 figure cependant en bonne part ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inès Kirschleger, « L’imaginaire de la corruption dans La Pratique de Repentance (1631) de Nicolas Vignier », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://edl.revues.org/915 ; DOI : 10.4000/edl.915

Haut de page

Auteur

Inès Kirschleger

Université de Toulon

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org