Navigation – Plan du site

Saintes corruptions. L’édification romanesque de Jean-Pierre Camus au miroir des adaptations d’Agathonphile (1621)

Barbara Selmeci-Castioni

Résumé

Le roman hagiographique de Jean-Pierre Camus, Agathonphile ou les Martyrs siciliens (1621), décline sur près de huit cents pages le motif de la sainteté et, en contrepoint, celui de la condition déchue. Si les visées édifiantes sont évidentes, la question de la légitimité du recours à la fiction, qui se déploie précisément à la faveur de la corruption qui marque l’homme avant sa conversion, se pose de manière aiguë. Camus prend, comme l’on sait, grand soin à dissiper toute équivoque et, partant, à orienter l’acte de lecture. Il demeure que la séduction d’un lecteur peu disposé à la dévotion est étroitement liée à la représentation de la part sombre de l’humain, dont le roman camusien développe également généreusement les possibles. Les deux adaptations dramatiques de l’Agathonphile, Les Chastes Martirs (1650) de Marthe Cosnard et Agathonphile Martyr (1655) de Françoise Pascal, ainsi que l’abrégé du roman proposé par l’abbé Cusson sous le titre laïcisé d’Agathon et Tryphine. Histoire sicilienne (1712), reconduisent la tension inhérente entre fiction et apologétique ; le motif de la corruption permettra d’en mesurer plus spécifiquement les enjeux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Altération du texte et corruption des mœurs : les écueils de la délicate entreprise littéraire de Jean-Pierre Camus
La sainteté portée « en cette Académie de corruption » : deux lectures divergentes d’Agathonphile
La sainte confondue avec Vénus

Aperçu du texte

Les choses mêmes les plus saintes ne sont point à couvert de la corruption des hommes ; et nous voyons des scélérats qui, tous les jours, abusent de la piété et la font servir méchamment aux crimes les plus grands. Mais on ne laisse pas pour cela de faire les distinctions qu’il est besoin de faire. On n’enveloppe point dans une fausse conséquence la bonté des choses que l’on corrompt, avec la malice des corrupteurs. On sépare toujours le mauvais usage d’avec l’intention de l’art.

Molière, « Préface » de Tartuffe, p. 631.

Plusieurs décennies avant Molière, Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, défend également avec ferveur la nécessité de « sépare[r] toujours le mauvais usage d’avec l’intention de l’art », l’art étant constamment exposé à la corruption des hommes, soit qu’il en fasse les frais, soit qu’il contribue à en creuser les abîmes. Les intentions du célèbre évêque romancier sont sans conteste édifiantes, mais il est également le premier à admettre que le lecteur est seul maîtr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Selmeci-Castioni, « Saintes corruptions. L’édification romanesque de Jean-Pierre Camus au miroir des adaptations d’Agathonphile (1621) », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://edl.revues.org/913 ; DOI : 10.4000/edl.913

Haut de page

Auteur

Barbara Selmeci-Castioni

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org