Navigation – Plan du site

Les passions haineuses dans les histoires dévotes de Jean-Pierre Camus : un théâtre didactique des corruptions humaines

Yann Rodier

Résumé

Les histoires dévotes de Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, s’inscrivent dans la veine tragique de la « littérature saturnienne » de l’âge baroque mais s’en émancipent par leur facture dévote, mystique et morale. Elles mettent en scène la corruption généralisée de l’homme et de la cité terrestre que Camus explique en partie par le dérèglement individuel des passions de l’âme auquel il consacra un traité. Invité à user et non à abuser de ses passions, le lecteur contemple leurs excès sur la scène de l’amphithéâtre sanglant qu’est le monde. Par cette méthode, la corruption des passions est guérie par un faire voir rédempteur de soi où le sujet apprend à se haïr, en haïssant le monde en lui. Invité à une action de ses passions contre la corruption du péché, le lecteur est rééduqué par une métaphysique du regard à se faire alchimiste, à métamorphoser la haine d’inimitié en une haine d’abomination. Cet apprentissage à domestiquer ses passions, au lendemain des guerres de Religion, se retrouve à la fois dans la spiritualité mystique, dans les théories de la monarchie absolue, dans les traités civils de cour et dans les traités des passions. Autant de réponses apportées aux maux de la corruption mondaine pour juguler la violence des passions humaines1.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

1. Un spectacle de sang et de carnage ou la corruption des cœurs
1.1 L’homme criminel et la corruption du péché
1.2 Les actions cardiophages de l’homme corrompu
2. Les histoires dévotes : un remède à la corruption mondaine des passions
2.1 Les vertus du spectacle de la corruption
2.2 L’alchimie des passions contre la corruption
2.3 La science de la conscience ou la corruption dépassée
3. La mystique de l’amour incorruptible ou l’au-delà de la corruption
3.1 La rédemption ou l’au-delà de la corruption
3.2 Un amour divin incorruptible contre l’amour-propre
3.3 Une haine de soi camusienne ?

Aperçu du texte

Un jeune homme incorruptible aux vertus célestines, Cadrat, semblable à Loth dans la ville de Sodome, avait pour père un homme corrompu. Saint enfant, écrit Jean-Pierre Camus, Cadrat désirait faire son noviciat contre les volontés de son père débauché. Aux aspirations divines du fils s’opposent les aspirations mondaines du père courroucé qui cherche à le corrompre en introduisant nuitamment une femme nue dans sa chambre. Empreint de charité et non sujet aux passions, Cadrat préfère se sacrifier plutôt que de sacrifier la jeune femme et lacère ses chairs, jusqu’à ce que mort s’en suive. Cette histoire dévote de La sanglante chasteté met en scène la lutte permanente de l’homme, sujet aux corruptions du monde et des mondains. « Que le monde est injuste qu’il n’aime que ceux qui le suivent en ses mauvaises actions ! ». Leurs funestes conséquences interpellent le lecteur, comme elles ont interpelé le père débauché, aussitôt converti lorsqu’il apprend que son fils est mort par sa faute. C...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Rodier, « Les passions haineuses dans les histoires dévotes de Jean-Pierre Camus : un théâtre didactique des corruptions humaines », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 28 juin 2017. URL : http://edl.revues.org/910 ; DOI : 10.4000/edl.910

Haut de page

Auteur

Yann Rodier

Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org