Navigation – Plan du site

Prévenir et guérir à l’âge de la nature corrompue : Le Pourtraict de la santé (1606) de Joseph du Chesne

Violaine Giacomotto-Charra

Résumé

Dans la pensée savante de la fin de la Renaissance, la notion de corruption est d’abord une notion philosophique aristotélicienne majeure, inséparable de son corollaire, la génération. Le traité De la génération et de la corruption est en effet, depuis le XIIIe siècle, au cœur de l’enseignement de la philosophie de la nature tel qu’il est dispensé dans les universités. Selon cette première acception, le terme corruptio désigne, dans la théorie de la forme et de la matière, le mouvement par lequel se perd la forme substantielle d’un être, prélude nécessaire à une nouvelle naissance. Dans un sens différent, c’est également une notion importante héritée de la tradition médicale antique, dans laquelle la notion d’airs corrompus, par exemple, joue un rôle crucial, en particulier pour toute la médecine qui se réclame de l’héritage hippocratique. Enfin, le terme de corruption peut avoir un sens plus banal, tant au sens physique (pourrissement, putréfaction, tuméfaction) que moral. Cette toute dernière valeur n’est pas anodine en une période troublée par les angoisses eschatologiques et les lendemains difficiles des conflits religieux. Cette communication se propose d’explorer les différents sens du mot et leur évolution, dans un texte qui se trouve lui-même à la croisée des chemins, puisqu’il s’agit du régime de santé du médecin paracelsiste Joseph Duchesne qui écrit son Pourtraict de la santé pour apprendre au lecteur à préserver la santé de son corps, aussi bien que celle de son âme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

La corruption est d’abord, au moment où écrit Joseph du Chesne (1546-1609), une notion pleinement aristotélicienne, inséparable de son corollaire, la génération : les libri naturales du Stagirite demeurent le socle de l’apprentissage de la philosophie de la nature dans les universités, ainsi que celui de toute réflexion ultérieure sur cette dernière. La publication de commentaires se poursuit, et l’essentiel de la philosophie aristotélicienne, dont une connaissance moins technique était depuis longtemps diffusée en français par des voies aussi diverses que la poésie d’idées ou le dialogue philosophique, est désormais disponible de manière plus systématique en langue vulgaire avec La Physique (1603) de Scipion Dupleix. Le terme corruptio désigne ainsi, suivant la théorie de la forme et de la matière, le mouvement par lequel se perd la forme substantielle d’un être. La corruption, cependant, n’est pas uniquement une mort, elle est le prélude nécessaire à une nouvelle naissance, fût-ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Giacomotto-Charra, « Prévenir et guérir à l’âge de la nature corrompue : Le Pourtraict de la santé (1606) de Joseph du Chesne », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://edl.revues.org/906 ; DOI : 10.4000/edl.906

Haut de page

Auteur

Violaine Giacomotto-Charra

Université de Bordeaux-III

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org