Navigation – Plan du site

L’enchevêtrement des temporalités : eschatologie et corruption dans Le Decez, ou fin du monde (1584) de Guillaume de Chevalier

Adrien Paschoud

Résumé

Cet article se propose d’aborder l’expression de la corruption dans Le Decez, ou fin du monde (1584) de Guillaume de Chevalier, un poème épique d’inspiration biblique. L’auteur élabore une paraphrase de l’Apocalypse et conjugue, dans le prolongement de saint Augustin, deux temporalités, l’une terrestre, l’autre céleste, afin de rendre compte des « maux présents » qui accaparent les hommes avant le Jugement. Usant du motif traditionnel du songe – qui est en réalité une vision –, le poète entend alors conduire l’univers à son néant, peignant ainsi la cohorte de maux – guerre, famine, peste – qui s’abattront successivement sur une humanité corrompue. Si le temps de la maladie est un temps de préparation à la mort, il est le préalable à la renovatio spirituelle et, par extension, politique. En effet, les maux présents, aussi insupportables qu’ils soient, précèdent l’avènement d’une justice véritable, celle qui bannira les vaines hiérarchies mondaines, faisant ainsi taire les divergences confessionnelles qui déchirent le royaume de France.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Composé de quatrains d’alexandrins en rimes croisées, Le Decez, ou fin du monde, divisé en trois visions (1584) de Guillaume de Chevalier relève d’un genre littéraire dont la diffusion fut grande au tournant des XVIe et XVIIe siècles : l’épopée d’inspiration apocalyptique. Les œuvres que l’on regroupe sous cette appellation – dont Les Tragiques (1616) d’Agrippa d’Aubigné forment sans nul doute l’acmé – sont indissociablement liées à la crise sans précédent qui a ébranlé le royaume des derniers Valois, avant l’instauration sous le règne d’Henri IV d’une paix relative, marquée cependant par la hantise du complot politique. La violence inouïe qui s’est emparée aussi bien du clan catholique que protestant dès 1562 a cristallisé à n’en pas douter un puissant imaginaire eschatologique, accentué en outre par les nombreux « prodiges » célestes observés entre 1577 et 1585. Quelle que soit leur obédience confessionnelle, les poètes entendent traduire les « signes » – ces « lettres hiéroglyphi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Paschoud, « L’enchevêtrement des temporalités : eschatologie et corruption dans Le Decez, ou fin du monde (1584) de Guillaume de Chevalier », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://edl.revues.org/903 ; DOI : 10.4000/edl.903

Haut de page

Auteur

Adrien Paschoud

Université de Bâle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org