Navigation – Plan du site

La corruption dans les « libelles d’Estat » durant la période de la Ligue (1584-1598)

Martial Martin

Résumé

C’est contre (« en opposition à », mais aussi « en appui sur ») une pensée théologique de la corruption largement diffusée par les polémiques religieuses précédentes que s’articule un discours politique en voie d’autonomisation dans les libelles de la seconde partie du règne d’Henri III et du début de celui d’Henri IV. La reprise de la critique de la corruption dans ces « pamphlets » rend d’abord compte de la difficulté du positionnement de la Ligue à ses origines (l’une des deux versions du manifeste du mouvement privilégiant la dimension politico-financière de la corruption, l’autre tentant de se raccorder à une tradition religieuse) ; cependant, ensuite, autour de 1588, dans un contexte où les favoris du roi Henri III, et singulièrement Epernon, cristallisent les accusations d’accaparement des biens royaux et de sorcellerie, la corruption devient un thème unificateur qui explique le succès de la propagande ligueuse contre une défense royale qui ne parvient pas à retourner ces imputations contre les leaders charismatiques de la Ligue ; enfin, ce sont les dissensions internes au mouvement qui débouchent, après 1592, sur des accusations d’ambition personnelle ou de subornation aux intérêts étrangers contre les nobles et sur la dénonciation des turpitudes de la populace ; tout en les vidant de leur dimension religieuse, la nouvelle propagande royale organisée autour d’Henri IV récupère ces discours ligueurs en reconnaissant en eux la cause première des conflits armés, des misères de la guerre et de la corruption du royaume de France. Le libelle des XVIe et XVIIe siècles se reconnaît ainsi au centre de la réflexion sur les pouvoirs de la langue : s’il prétend rétablir l’ordre en dénonçant la corruption, il se révèle souvent lui-même corrupteur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

C’est autour de l’acceptation théologique de la notion de corruption que se met en place, très tôt, dans le cadre des polémiques religieuses, en amont même des troubles civils, une rhétorique du blâme duale qui, d’un côté, reprend les mœurs des hommes d’Eglise qui pervertissent le dogme et qui, de l’autre, flétrit l’hérétique qui pollue tout ce qu’il approche. Si, dans le premier cas de figure, l’on réactive souvent une satire anticléricale traditionnelle, dans l’autre l’on se rattache plutôt au genre de l’invective prophétique : celle-ci met en particulier en cause les pouvoirs judiciaire et politique pour le rôle qu’ils joueraient dans la corruption d’un monde devenu le négatif de ce pour quoi Dieu l’avait créé et à même de se rétablir seulement grâce à la puissance de la Vérité, c’est-à-dire dans la parole du prophète qui annonce la parousie. C’est à cette parole déjà établie que s’articule, durant la seconde partie du règne d’Henri III et au début de celui d’Henri IV, le discour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martial Martin, « La corruption dans les « libelles d’Estat » durant la période de la Ligue (1584-1598) », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://edl.revues.org/901 ; DOI : 10.4000/edl.901

Haut de page

Auteur

Martial Martin

Université de Reims

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org