Navigation – Plan du site

Avant-propos

Frank Lestringant et Adrien Paschoud

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Douloureusement marquée par les guerres de Religion, la culture de la fin du XVIe et du premier XVIIe siècle, celle que l’on a naguère qualifiée de « baroque », est saturée de références à l’état de corruption. Ouvrages de controverse confessionnelle, pamphlets hostiles à la figure royale, hagiographies et martyrologes, tragédies néo-sénéquiennes, théâtre d’édification, poésie de dévotion, maniérisme macabre, histoires tragiques, écrits démonologiques, traités médicaux, historiographie, natures mortes et vanités… autant de productions textuelles ou iconographiques destinées à rappeler à l’individu – du plus vil au plus noble – sa nature viciée, ou, du moins, l’inéluctable altération à la fois physique et morale qui l’accaparera. L’étymologie du mot « corruption » le montre assez : le suffixe cum-, sur lequel le mot corruptio est construit (corrumpere : « anéantir, briser, altérer ») traduit l’intensité de la perte ; il suggère un rapport différentiel au monde sensible et à l’expérie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Lestringant et Adrien Paschoud, « Avant-propos », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 28 juin 2017. URL : http://edl.revues.org/897 ; DOI : 10.4000/edl.897

Haut de page

Auteurs

Frank Lestringant

Université de Paris-Sorbonne

Adrien Paschoud

Université de Bâle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org