Navigation – Plan du site

Egodocuments, biographie et microhistoire en perspective. Une histoire d’amour ?

Sandro Guzzi-Heeb

Résumé

Depuis les années 1980, la microhistoire a porté une attention renouvelée à la biographie ; elle semblait donc prédestinée à se réapproprier les egodocuments. Dans la réalité, le rapport a été plus compliqué et les microhistorien-ne-s ont longtemps privilégié d’autres types de sources. En revenant sur ce rapport complexe, cet article montre que, malgré les difficultés, plusieurs terrains de rencontre entre microhistoire et egodocuments ont été défrichés ces dernières années, à l’instar de l’analyse de réseaux, de l’étude des trajectoires individuelles ou des études d’histoire transnationale. Même en histoire politique, plusieurs historien-ne-s proches de la microhistoire se sont penchés sur des sources du for privé, en proposant de nouvelles voies de lecture « dense ». Le rapport entre microhistoire et egodocuments n’a pas dit son dernier mot.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Plan

La perspective microhistorique des années fondatrices
Microhistoire et egodocuments : des amants prédestinés ?
Engagement politique et thèmes fédérateurs
Microhistoire, egodocuments et analyse de réseaux
Egodocuments et individualisation de la recherche

Aperçu du texte

« Partout où les femmes commandent, les choses ne peuvent jamais bien aller ». Il y a une dizaine d’années, alors que je travaillais sur la parentèle de la famille valaisanne des de Rivaz, de tels propos, tirés du récit autobiographique de Pierre Emmanuel de Rivaz (1745-1833) – mercenaire valaisan au service de la France – m’avaient parus significatifs. Ils révélaient à mon sens les contradictions existant entre discours et « réalité » sociale. Le riche fonds de famille de Rivaz, conservé aux Archives d’Etat du Valais, me permettait en effet de comparer ce récit personnel à d’autres témoignages et documents provenant du même milieu, pour situer le jeune de Rivaz dans son contexte familial et social. Or l’analyse montrait que Pierre-Emmanuel avait été en quelque sorte victime de sa famille, et notamment de son influente tante, Marie-Julienne de Nucé. Celle-ci avait pratiquement écarté Pierre-Emmanuel de la succession politique au sein du village, au profit de son propre fils, Charles...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandro Guzzi-Heeb, « Egodocuments, biographie et microhistoire en perspective. Une histoire d’amour ? », Études de lettres [En ligne], 1-2 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2017. URL : http://edl.revues.org/895 ; DOI : 10.4000/edl.895

Haut de page

Auteur

Sandro Guzzi-Heeb

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org