Navigation – Plan du site

Transmissions féminines au siècle des Lumières. Pratiques épistolaires et agency

Nahema Hanafi

Résumé

Les échanges épistolaires féminins du siècle des Lumières sont souvent l’occasion d’une transmission de savoirs. En mêlant une méthodologie – l’étude de cas – et un concept – l’agency –, les enjeux de pouvoir et postures sociales qui sous-tendent l’acte de transmission apparaissent, ainsi que l’incidence de l’épistolarité sur sa nature et ses modalités. Il s’agit d’interroger les rapports dynamiques entre une pratique – l’échange de connaissances – et son support – le cadre épistolaire –, en soulignant la dimension performative de l’écriture en tant que pouvoir de représentation et d’action. Les lettres reflètent les manières de voir les rôles féminins et masculins, comme elles servent à l’affirmation du positionnement social assumé par les scriptrices (mère, soignante, savante…).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Plan

Les conseils médicaux d’Elisabeth Charrière à son fils Salomon
Elisabeth Du Bourg, Marie de Livry et le mesmérisme

Aperçu du texte

Les transmissions féminines de savoirs à l’époque moderne renvoient à divers imaginaires reflétant des pratiques amplifiées ou dénaturées par les sources généralement mobilisées pour les décrire, tels les écrits médicaux d’époque, essentiellement masculins et souvent dépréciatifs. L’histoire des sciences, par exemple, ne saurait s’en contenter. Consulter des écrits personnels féminins (correspondances privées, journaux intimes, livres de raison et de recettes médicinales…) conduit à repenser l’image quelque peu faussée de ces transmissions. Une image selon laquelle elles seraient immuables parce qu’attachées à la tradition, surtout orales ou gestuelles (au sens d’une transmission par mimétisme), domestiques (parce que pratiques, profanes et empiriques), féminines (en termes de destinataires)…

L’étude sérielle d’un large corpus de correspondances pourrait amener à reconsidérer ces échanges de savoirs et leurs caractéristiques. Mais une approche quantitative ne restituerait ni les post...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nahema Hanafi, « Transmissions féminines au siècle des Lumières. Pratiques épistolaires et agency », Études de lettres [En ligne], 1-2 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://edl.revues.org/871 ; DOI : 10.4000/edl.871

Haut de page

Auteur

Nahema Hanafi

Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org