Navigation – Plan du site

Facteurs d’humanités : accent et phrasé entre contrastes et programmes

Yves Citton
p. 189-208

Résumé

L’étude littéraire des textes est-elle porteuse de revendications éthiques, politiques, culturelles ? A quelles échelles ces revendications émergent-elles au mieux ? En quoi et envers quoi prenons-nous de la distance et de la hauteur en lisant des œuvres littéraires ? Qu’apprenons-nous à faire (tout autant qu’à voir) en regardant les textes de très près ? Cet article tente de répondre à ces questions en mobilisant la notion de « geste », et en défendant le principe d’un « droit aux Humanités », fondé sur notre besoin de reformuler ce que les formulaires et les programmes (éducatifs, bureaucratiques ou informatiques) ont pré-paramétré pour nous.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

1. Faire des Humanités des agents de décloisonnement
2. Revendiquer une expérience d’exaltation
3. Promouvoir une étude pratique des gestes
4. Orienter nos subjectivations
5. Développer une science des nuances
6. L’accent et le phrasé
7. Le droit aux Humanités
8. L’entrejeu des programmes et des contrastes
9. Questions d’échelle, questions de survie
10. Pour un droit à la reformulation
11. Pour un droit à l’opacité
12. Pour un droit à l’équivoque
13. Facteurs d’humanités

Aperçu du texte

Comment valoriser aujourd’hui le travail effectué par un professeur de Lettres ? Face à la baisse des effectifs inscrits dans certaines filières littéraires, il n’est pas superflu de se demander ce que nous faisons (de bien et de mal) en enseignant la littérature, comment et pour quoi nous le faisons. J’esquisserai quelques réponses à ces questions en suivant une échelle qui me fera d’abord regarder les textes de très loin, pour m’approcher progressivement des détails qui en font la richesse propre. Ce sera l’occasion de se demander quels gestes sont les plus appropriés à chaque échelle, pour rendre justice à la fois aux textes lus et aux formes de subjectivation qui s’en nourrissent.

1. Faire des Humanités des agents de décloisonnement

La première et sans doute la plus importante condition de survie, voire de reconquête, des études littéraires, dans le contexte peu favorable qu’elles traversent actuellement, me paraît être de décloisonner nos filières. Ce qui plombe sans espoir nos d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Citton, « Facteurs d’humanités : accent et phrasé entre contrastes et programmes », Études de lettres, 1-2 | 2015, 189-208.

Référence électronique

Yves Citton, « Facteurs d’humanités : accent et phrasé entre contrastes et programmes », Études de lettres [En ligne], 1-2 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 mai 2017. URL : http://edl.revues.org/835 ; DOI : 10.4000/edl.835

Haut de page

Auteur

Yves Citton

Université de Grenoble Alpes
umr LIRE (cnrs 5611)

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org