Navigation – Plan du site

Le monde en révolutions ou le parcours désorientant de M. N. Roy

Nicola Pozza
p. 343-366

Résumés

Le parcours de Manabendra Nath Roy (1887-1954) est déroutant à plus d’un titre, car l’auteur bengali s’est constamment joué des frontières établies, tant nationales et géographiques qu’idéologiques et partisanes. Acteur central de la naissance du Parti communiste du Mexique (1919) puis fondateur du Parti communiste indien (1920), proche de Lénine et membre influent de l’Internationale communiste, Roy s’est par la suite complètement distancié de la doctrine communiste puis de la politique du Congress pour fonder en 1940 un mouvement dissident, le Radical Democratic Party, avant de remplacer ce dernier par le Radical Humanist Movement (en 1948). Sans cesse en déplacement, toujours distant vis-à-vis des avis dominants, il s’est particulièrement opposé au leitmotiv orientaliste de l’époque qui cherchait à glorifier « l’héritage spirituel de l’Inde », en prônant au contraire une philosophie matérialiste puis humaniste. Nous analyserons dans cet article la position de M. N. Roy par rapport aux discours orientalistes et panasiatistes de son époque et examinerons notamment sa position très critique à l’égard de l’Inde conçue comme antithèse spirituelle à l’Europe. Ceci nous permettra d’interroger la paire antagonique formée par les notions de « centre » et de « marges » (ou « périphérie »), en utilisant le double parcours biographique et idéologique de l’auteur comme cas d’étude.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Introduction
1. Biographie : un parcours sinueux
2. India in Transition (1922)
3. Roy et les discours asiatistes
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le parcours de Manabendra Nath Roy (1887-1954) est déroutant à plus d’un titre, car l’auteur bengali s’est constamment joué des frontières établies, tant nationales et géographiques qu’idéologiques et partisanes. Acteur central de la naissance du Parti communiste du Mexique (1919) puis fondateur du Parti communiste indien (1920), proche de Lénine et membre influent de l’Internationale communiste, Roy s’est par la suite complètement distancié de la doctrine communiste puis de la politique du Congress pour fonder en 1940 un mouvement dissident, le Radical Democratic Party, avant de remplacer ce dernier par le Radical Humanist Movement (en 1948). Sans cesse en déplacement, toujours distant vis-à-vis des avis dominants, il s’est particulièrement opposé au leitmotiv orientaliste de l’époque qui cherchait à glorifier « l’héritage spirituel de l’Inde », en prônant au contraire une philosophie matérialiste puis humaniste. Contrairement à la majorité de ses compatriotes, Roy ne b...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicola Pozza, « Le monde en révolutions ou le parcours désorientant de M. N. Roy », Études de lettres, 2-3 | 2014, 343-366.

Référence électronique

Nicola Pozza, « Le monde en révolutions ou le parcours désorientant de M. N. Roy », Études de lettres [En ligne], 2-3 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://edl.revues.org/785 ; DOI : 10.4000/edl.785

Haut de page

Auteur

Nicola Pozza

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org