Navigation – Plan du site

Missionnaires orientalistes et orientalistes tamouls : Lectures et relectures du Tiruvācakam

Philippe Bornet
p. 227-248

Résumés

L’article porte sur le texte shivaïte tamoul du Tiruvācakam et en examine différentes relectures dans la première partie du XXe siècle. Ce sont des missionnaires protestants, G. U. Pope et H. Schomerus qui ont livré les premières traductions du texte en anglais et allemand. Ces traductions s’accompagnent d’évaluations normatives, valorisant certains aspects du texte de Māṇikkavācakar (p. ex. le rapport personnel à la divinité) et critiquant d’autres (p. ex. le polythéisme). Dans le même contexte temporel apparaissent d’autres lectures, émanant des élites tamoules (en particulier, Nallasvāmi Piḷḷai et Maraimalai Aḍigal). Celles-ci sont formulées en interaction avec les publications des missionnaires et visent avant tout à défendre l’héritage religieux shivaïte tamoul dans un contexte où se recompose un hindouisme sanskritisé et calqué sur l’Advaita-vedānta. Ces interprétations insistent sur le caractère panindien de la religion du Tiruvācakam, ou au contraire en soulignent la particularité dravidienne. C’est dans ce contexte qu’apparaissent de nouvelles lectures, d’auteurs tamouls et européens, qui mettent l’accent sur l’universalité de l’expérience, qualifiée de mystique, relatée par le texte.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Introduction
1. Interprétations chrétiennes du Tiruvācakam
2. Relectures tamoules du Tiruvācakam
2.1. La « déprovincialisation » de la tradition
2.2. Interprétations dravidiennes du Tiruvācakam
2.3. Interprétations universalisantes du Tiruvācakam
Conclusions

Aperçu du texte

Introduction

L’histoire des interprétations du Tiruvācakam, un texte tamoul du IXe siècle environ, est fascinante à plus d’un titre. Sélectionné au sein d’un très vaste corpus, ce texte a fait l’objet d’une attention particulière autant de la part de savants européens que des élites tamoules. De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, le texte a été mobilisé dans le cadre de vastes projets, allant de considérations sur la religiosité humaine au développement de conceptions proprement « nationalistes » tamoules. Pour la présente contribution, je souhaite me pencher sur différentes lectures de ce texte, émanant de missionnaires-orientalistes européens et des élites tamoules elles-mêmes. L’exemple spécifique des diverses fortunes de ce texte permet de réfléchir à plusieurs questions centrales de l’étude de l’orientalisme, comme celle du rapport entre les processus de production de savoir et le domaine de la praxis ou celle des relations entre les cultures épistémiques des acteurs ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bornet, « Missionnaires orientalistes et orientalistes tamouls : Lectures et relectures du Tiruvācakam », Études de lettres, 2-3 | 2014, 227-248.

Référence électronique

Philippe Bornet, « Missionnaires orientalistes et orientalistes tamouls : Lectures et relectures du Tiruvācakam », Études de lettres [En ligne], 2-3 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://edl.revues.org/712 ; DOI : 10.4000/edl.712

Haut de page

Auteur

Philippe Bornet

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org