Navigation – Plan du site

Early Modern Persian, Urdu, and English Historiography and the Imagination of Islamic India under British Rule

Blain Auer
p. 199-226

Résumés

Cet article analyse les transformations prémodernes des cultures littéraires d’Asie du Sud par la production d’une historiographie persane, anglaise et ourdoue. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les communautés d’Asie du Sud ont connu et participé à une restructuration majeure des langues du sous-continent indien. L’ourdou et l’anglais ont été institutionnalisées comme langues gouvernementales et employées dans de nouvelles productions littéraires, tandis que le persan s’est progressivement retrouvé en marge des régimes politiques et littéraires gouvernementaux. Trois politiques coloniales interdépendantes ont remodelé la conscience historique de l’Asie du Sud et la Grande-Bretagne : la production de nouvelles histoires persanes composées sous patronage britannique, l’inauguration d’une historiographie ourdoue par la traduction d’histoires en persan et en anglais, et la construction d’une histoire britannique de l’Inde écrite en anglais. Cet article explore les dynamiques historiques et sociales de ces événements et précise les origines et l’évolution du projet historiographique colonial. Les principaux travaux abordés sont Tārīkh-i Bangālah de Salīm Allāh Munshī (fl. 1763), L’histoire de l’Inde britannique de James Mill (1773-1836), publiée en 1817, et l’Ārā’ish-i mahfil de Mīr Sher ʿAlī Afsos, ainsi que la production d’histoires originales en ourdou telles que Tārīkh-i Hindustān de Muḥammad Zakāʾ-Allāh (1832-1910).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Introduction
1. Persian Historiography and Translating History
2. Shaping the Historical Consciousness of “ British ” India
3. The Role of Urdu Historiography and Translation
4. English Historiography of India and the Translation of European Historiography
Conclusion

Aperçu du texte

The Persian language is rich, melodious, and elegant ; it has been spoken for many ages by the greatest princes in the politest courts of Asia ; and a number of admirable works have been written in it by historians, philosophers, and poets, who found it capable of expressing with equal advantage the most beautiful and the most elevated of sentiments.
It must seem strange, therefore, that the study of this language should be so little cultivated at a time when a taste for general and diffusive learning seems universally to prevail.
William Jones, A Grammar of the Persian Language, 1771, p. i.

His Lordship-in-Council is of the opinion that the great object of the British Government ought to be the promotion of European literature and science among the natives of India ; and that all funds appropriated for the purpose of education would be best employed on English education alone.
Resolution by Lord Bentinck, March 7, 1835.

Introduction

Persian, as a language of influence in South Asia, dev...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blain Auer, « Early Modern Persian, Urdu, and English Historiography and the Imagination of Islamic India under British Rule », Études de lettres, 2-3 | 2014, 199-226.

Référence électronique

Blain Auer, « Early Modern Persian, Urdu, and English Historiography and the Imagination of Islamic India under British Rule », Études de lettres [En ligne], 2-3 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://edl.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/edl.710

Haut de page

Auteur

Blain Auer

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org