Navigation – Plan du site

Une vision marginale des marges : une relecture à travers les idées reçues du voyage à Samarkand de Léon de Beylié

Svetlana Gorshenina
p. 95-122

Résumés

La présente étude analyse le regard porté sur la périphérie turkestanaise de l’empire du tsar par le général Léon de Beylié (1849-1910), l’un des acteurs majeurs de la politique coloniale de la France qui fut aussi un mécène passionné par l’archéologie. La relecture critique de ses récits de voyage permet de mieux appréhender le concept des « marges » et sa valeur heuristique. C’est dans ce but qu’est ici souligné le caractère mouvant de cette notion que l’on peut approcher à la fois sous l’angle géopolitique (positions de la Russie à l’égard de l’Europe et de l’Asie centrale par rapport à la Russie) et à la lumière de la situation « socio-culturelle » de l’acteur même (un militaire français dans l’Asie centrale russe). A travers la déconstruction des observations de Léon de Beylié, souvent très arrogantes et frisant parfois le plagiat, on peut également comprendre le mécanisme par lequel des réflexions forgées sur les « marges » peuvent glisser vers la forme de clichés stéréotypés. Ce processus de cristallisation des idées reçues est contextualisé par rapport aux étapes de la formation du Turkestan russe (notamment, la construction du chemin de fer Transcaspien) et mis en comparaison avec d’autres voyageurs de l’époque.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Introduction
1. Pourquoi le Turkestan russe ? Les motivations imaginaires du voyage de Beylié
2. Un visiteur bienvenu mais… râleur
3. Au Turkestan
3.1. Impressions du voyage
3.2. Observations géopolitiques
3.3. Les populations autochtones et leur exotisation
3.4. Colonisation « à la russe »
3.5. Les antiquités centrasiatiques : un survol
En guise de conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le regard porté par un Français sur la périphérie turkestanaise de l’empire du tsar fait ici l’objet d’une analyse qui tend à montrer comment un voyageur marginalisé en Asie centrale en raison de la situation géopolitique de l’époque peut contribuer à la compréhension de la valeur heuristique des réflexions sur les « marges ». L’intérêt de cette entreprise intellectuelle est d’autant plus grand qu’il s’agit du général Léon de Beylié (1849-1910), l’un des acteurs majeurs de la politique coloniale de la France et mécène passionné d’archéologie, connu tant pour ses observations éclairées sur les antiquités de l’Indochine, que pour sa fructueuse activité dans l’espionnage. Lorsque l’on compare ses connaissances sur l’« Asie des moussons » qui lui était familière à ses observations sur le Turkestan russe où il n’a passé que quarante-neuf jours, on peut également comprendre le mécanisme par lequel des réflexions forgées sur les « marges » peuvent glisser vers la forme de clich...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Svetlana Gorshenina, « Une vision marginale des marges : une relecture à travers les idées reçues du voyage à Samarkand de Léon de Beylié », Études de lettres, 2-3 | 2014, 95-122.

Référence électronique

Svetlana Gorshenina, « Une vision marginale des marges : une relecture à travers les idées reçues du voyage à Samarkand de Léon de Beylié », Études de lettres [En ligne], 2-3 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://edl.revues.org/662 ; DOI : 10.4000/edl.662

Haut de page

Auteur

Svetlana Gorshenina

FNS, Université de Lausanne et University of Manchester

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org