Navigation – Plan du site

Avant-Propos

Philippe Kaenel et Dominique Kunz Westerhoff
p. 7-12

Texte intégral

  • 1 Leon Battista Alberti, La peinture (De pictura), éd. de Thomas Golsenne et Bertrand Prévost revue p (...)

1Le présent volume interroge divers modes d’interactions des textes littéraires et des images fixes, dans le domaine graphique et photographique, à l’époque contemporaine : un siècle innovant qui prolonge les mutations de l’ut pictura poesis, une tradition elle-même marquée par la tension entre fonction narrative et fonction monstrative. Dans De la peinture (1435), Alberti décrit le tableau « comme une fenêtre ouverte à partir de laquelle l’histoire pourra être considérée »1, mais il désigne aussi l’œuvre d’art comme la monstration du visible, dans ses propriétés optiques. Sa conception centrale de l’historia est loin de se réduire à la seule dimension narrative puisqu’elle renvoie à une capacité de composition harmonieuse et variée. Elle comprend certes le récit, dans les rapports entre mouvements des corps et de l’âme qu’implique l’action, mais aussi l’œuvre d’art qui l’interprète.

  • 2 Sur ces questions, voir Rensselaer W. Lee, Ut pictura poesis : humanisme et théorie de la peinture. (...)
  • 3 André Félibien, Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1669), Préface, Paris (...)
  • 4 Louis Marin, Des pouvoirs de l’image, Paris, Seuil, 1993.
  • 5 Jacqueline Lichtenstein, La couleur éloquente, Paris, Flammarion, 1989.

2A l’âge classique, la hiérarchie des genres picturaux accorde la précellence aux sujets « les plus sublimes » de la fable, de l’histoire et de l’allégorie. La théorie de l’art élabore les principes d’une narrativité iconique2. Pourtant, c’est bel et bien le pouvoir de l’image, dans le présent de l’expérience esthétique que consacre Félibien lorsqu’il compare la peinture à l’histoire et à la poésie (des fables)3. Cette puissance du visuel4 s’exerce sur la sensibilité du spectateur en vertu des spécificités de la peinture, proportions, lumières et couleurs5. Elle procède aussi de l’autonomie de l’imagination de l’artiste, qui invente une expressivité formelle à partir de ce qu’il voit dans la nature.

  • 6 Victor Stoïchita, L’instauration du tableau. Métapeinture à l’aube des temps modernes, Genève, Droz (...)
  • 7 Gotthold Ephraïm Lessing, Laocoon, avant-propos de Hubert Damisch, Paris, Hermann, 1990, p. 56.
  • 8 Clement Greenberg, « Towards a Newer Laocoon », Partisan Review 7 (juin-août 1940), p. 296-310.

3Ce processus d’émancipation de l’image par rapport au récit s’effectue dans les pratiques artistiques au seuil de l’âge moderne. L’image « hors » texte, l’image profane de la nature morte ou du paysage conquiert progressivement l’espace de la représentation6. Cette autonomisation de l’œuvre d’art est systématisée par Gotthold Ephraïm Lessing dans son célèbre Laocoon, en 1766. La différence des arts suppose une peinture qui ne soit pas la représentation d’un récit, et une littérature qui n’abuse pas des descriptions. Pourtant, Lessing prévoit pour l’artiste un moyen indirect de suggestion narrative : l’instant fécond (fruchtbacher Augenblick), qui « laisse un champ libre à l’imagination »7, et transforme en « durée » pleine de potentialités narratives, le mouvement arrêté dans l’espace qu’est l’image fixe. De même, l’écrivain peut susciter une visualisation iconique en évoquant dans son récit, par un adjectif descriptif, un aspect des corps en action. Le Laocoon ouvre l’ère moderne de l’autonomie des arts dont Clement Greenberg, en 1940, considère qu’ils tendent vers une révélation de leur spécificité dans leur développement historique8. Tandis que l’apparition de nouvelles techniques de l’image amène la photographie, puis surtout le cinéma, à prendre en charge la mimésis narrative, la peinture s’éloigne du récit, voire de la représentation, dans l’avènement de l’abstraction.

  • 9 Philippe Junod, Transparence et opacité : essai sur les fondements théoriques de l’art moderne : po (...)
  • 10 Michel Melot, L’Illustration : histoire d’un art, Genève, Skira, 1984. Philippe Kaenel, Le métier d (...)
  • 11 Anna Sigridur Arnar, The Book as Instrument. Stéphane Mallarmé, The Artist’s Book, and the Transfor (...)

4Au fil des théories et des pratiques artistiques, les relations de la « poésie » et de la « peinture », pour reprendre l’opposition de Lessing, dessinent des mouvements tantôt centripètes, tantôt centrifuges9. De nouvelles intermédialités se construisent à « l’âge de la reproductibilité technique ». Depuis le XIXe siècle, l’essor de l’imprimerie et des techniques de reproduction rapproche les deux modes d’expression, non seulement sur le plan matériel, mais aussi sur les plans esthétique et symbolique. Le renouveau de l’illustration dès le romantisme impose une culture contemporaine intermédiale10, à laquelle contribuent, au tournant du XXe siècle, les « livres de peintre » ou « livres d’artiste »11, ainsi que la bande dessinée qui renouvelle le genre de la « littérature en estampes » préconisé par Rodolphe Töpffer (1799-1846). De même, les exemples de doubles vocations ou de compétences multiples, qui permettent aux auteurs de troquer la plume contre le crayon ou vice-versa, deviennent de plus en plus nombreux.

  • 12 Voir par exemple Herbert L. Kessler, Studies in pictorial narrative, Londres, Pindar Press, 1994. P (...)
  • 13 Jean-Paul Aubert, Images et récits. Les limites du récit. Cahiers de narratologie 16 (2009). Voir d (...)
  • 14 Philippe Sohet, Images du récit, Québec, Presses Universitaires du Québec, 2007.
  • 15 Bernard Guelton (dir.), Fictions & Médias. Intermédialités dans les fictions artistiques, Paris, Pu (...)

5Parallèlement à ces interactions novatrices se développent des discours théoriques qui établissent la narratologie des images. De Bild und Lied de Carl Robert (1881) ou de la Genèse de Vienne (1895) de Franz Wickhoff à la « méthode » de Kurt Weitzmann dans Illustrations in Roll and Codex (1947), se systématise une typologie fondée sur la contiguïté physique du texte narratif et de l’image. L’image à séquence (ou simultanée, ou encore polyscénique), qui intercale plusieurs actions consécutives dans le même espace figuratif ; l’image monoscénique, qui diffracte des composantes successives de l’action dans une représentation homogène ; et l’image cyclique, qui déploie en une série spatiale la chaîne séquentielle du récit : telles sont les trois modalités de la narrativité visuelle que met en place cette typologie, à bien des égards encore vivace et opératoire dans les analyses contemporaines12. Dans cette dernière décennie, de nombreuses recherches ont réévalué les rapports du récit et de la vision13, en englobant divers médias comme la peinture, le cinéma, la photographie ou la bande dessinée14, ou en étudiant l’interpénétration du texte narratif et de l’image dans les « fictions artistiques »15.

  • 16 A ce propos, voir Simon Morley, L’art les mots (2003), Paris, Hazan, 2004.
  • 17 Roger-Yves Roche, Photofictions. Perec, Modiano, Duras, Goldschmidt, Barthes, Villeneuve-d’Ascq, Pr (...)

6Les genres hybrides qui nous intéressent ici sont véritablement intermédiaux, au sens où narration et monstration se partagent l’espace représentatif et s’affectent réciproquement de leurs différences16. Cette contamination des spatialités, cette dissension ou cette harmonisation des signes peuvent prendre la forme d’une coprésence du texte et de l’image dans le même dispositif (livre illustré ou livre d’artiste, bande dessinée, photographie légendée, photobiographie). Mais elles se repèrent aussi par défaut, dans les disjonctions du récit visuel propre à la Figuration narrative, dans la bande dessinée abstraite, ou dans les images fantômes (Hervé Guibert) de l’autofiction littéraire. Ainsi, Roger-Yves Roche désigne un « troisième genre » entre autobiographie et autofiction, qui fait de l’image la dépositaire d’un impossible récit de soi, et l’appelle « photofiction »17.

  • 18 Voir Nelson Goodman, L’art en théorie et action (1984), trad. de Jean-Pierre Cometti et Roger Pouiv (...)

7A travers ces dispositifs expérimentaux, ce sont des crises de la narration et des crises de la monstration que cerne notre collectif18. Le livre imagé peut dériver soit vers le potentiel narratif et « illusionniste » de l’image, soit plus souvent vers l’« opacité » matérielle du support. L’illustration est porteuse de narrèmes, mais aussi d’anti-narrèmes qui ramènent la main au tracé graphique et au livre. Dans la bande dessinée, la linéarité du récit en série peut être minée par l’autonomie de chaque feuilleton et par l’attraction spectaculaire de l’image en grand format. Dans ces tensions internes à un medium mixte, l’irréductibilité des textes et des images interfère avec la narration. La vision devient incertaine et labile, indice d’une perception nouvelle de la réalité contemporaine, et le récit graphique, pictural ou photographique se découd en notations discontinues.

  • 19 Danièle Méaux, Jean-Bernard Vray, Traces photographiques, traces autobiographiques, Saint-Etienne, (...)

8Des forces d’anti-narration iconiques, plastiques ou discursives instaurent donc une résistance à l’emprise contemporaine du récit, toujours à l’œuvre dans les médias de masse. Cette critique du récit visuel apparaît aussi sous la forme d’une mise à distance de la « pulsion narrative »19. Dans les multiples démarches de l’autofiction, qu’elle soit photolittéraire ou graphique, la narration se modifie en fonction des dispositifs (l’album photographique, le photomontage, la planche-contact narrativisée) ou des modèles utilisés (roman graphique, bande dessinée). Le corps de l’artiste, aux frontières du témoignage, du jeu de rôle et de l’introspection, se manifeste à travers des prises de vues graphiques ou photographiques, des traces physiques de sa présence dans la contiguïté de l’espace représentatif ou encore, plus frontalement, à travers des postures fictionnelles reprenant en miroir des formules pathétiques (Aby Warburg) dont celle, canonique, de la statue figurant Laocoon.

9Ce recueil d’essais s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche et d’enseignement, « Anti-Lessing : poésie et arts visuels à l’âge contemporain », conduit par les deux soussignés dans le cadre du Centre des sciences historiques de la culture (SHC) de l’UNIL (www.unil.ch/shc). Ce projet interdisciplinaire a donné lieu à une première publication collective, également en codirection : Neige, blanc, papier. Poésie et arts visuels à l’âge contemporain (Genève, MetisPresses, 2012). Les textes ici réunis sont issus d’un colloque éponyme qui s’est tenu à Lausanne les 4 et 5 novembre 2010. Les deux éditeurs scientifiques tiennent à remercier collectivement, pour leur disponibilité et leur patience, toutes celles et ceux qui ont contribué à cette publication sur les plans scientifique, financier et rédactionnel, à commencer par les auteurs, le centre SHC, la Faculté des Lettres de l’UNIL, et la rédaction de la revue Etudes de Lettres.

Haut de page

Notes

1 Leon Battista Alberti, La peinture (De pictura), éd. de Thomas Golsenne et Bertrand Prévost revue par Yves Hersant, Paris, Seuil, 2004, p. 83.

2 Sur ces questions, voir Rensselaer W. Lee, Ut pictura poesis : humanisme et théorie de la peinture. XVe-XVIIIe siècles (1967), trad. mise à jour par Maurice Brock, Paris, Macula, 1991.

3 André Félibien, Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1669), Préface, Paris, Frédéric Léonard éd., 1669 (préface non paginée).

4 Louis Marin, Des pouvoirs de l’image, Paris, Seuil, 1993.

5 Jacqueline Lichtenstein, La couleur éloquente, Paris, Flammarion, 1989.

6 Victor Stoïchita, L’instauration du tableau. Métapeinture à l’aube des temps modernes, Genève, Droz (seconde édition revue et corrigée), 1999.

7 Gotthold Ephraïm Lessing, Laocoon, avant-propos de Hubert Damisch, Paris, Hermann, 1990, p. 56.

8 Clement Greenberg, « Towards a Newer Laocoon », Partisan Review 7 (juin-août 1940), p. 296-310.

9 Philippe Junod, Transparence et opacité : essai sur les fondements théoriques de l’art moderne : pour une nouvelle lecture de Konrad Fiedler, Lausanne, L’Age d’Homme, 1976.

10 Michel Melot, L’Illustration : histoire d’un art, Genève, Skira, 1984. Philippe Kaenel, Le métier d’illustrateur 1830-1880. Rodolphe Töpffer, J.-J. Grandville, Gustave Doré, Genève, Droz, 2004 (1996).

11 Anna Sigridur Arnar, The Book as Instrument. Stéphane Mallarmé, The Artist’s Book, and the Transformation of Print Culture, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2011.

12 Voir par exemple Herbert L. Kessler, Studies in pictorial narrative, Londres, Pindar Press, 1994. Plus récemment, l’article de Jean-Marie Schaeffer revient sur cette typologie : « Narration visuelle et interprétation », in Mireille Ribière, Jan Baetens (dir.)Temps, narration et image fixe, Amsterdam, Rodopi, 2001.

13 Jean-Paul Aubert, Images et récits. Les limites du récit. Cahiers de narratologie 16 (2009). Voir du même auteur plusieurs colloques et communications en ligne sur ce sujet, sur le site fabula.org. Voir également http://www.imageandnarrative.be. En amont de cette période, Michel Costantini (dir.), Récit et images. Littérature, 106 (juin 1997).

14 Philippe Sohet, Images du récit, Québec, Presses Universitaires du Québec, 2007.

15 Bernard Guelton (dir.), Fictions & Médias. Intermédialités dans les fictions artistiques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

16 A ce propos, voir Simon Morley, L’art les mots (2003), Paris, Hazan, 2004.

17 Roger-Yves Roche, Photofictions. Perec, Modiano, Duras, Goldschmidt, Barthes, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2009.

18 Voir Nelson Goodman, L’art en théorie et action (1984), trad. de Jean-Pierre Cometti et Roger Pouivet, Paris, Editions de l’Eclat, 1996.

19 Danièle Méaux, Jean-Bernard Vray, Traces photographiques, traces autobiographiques, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2004. Christine Delory-Momberger (dir.), Photographie et mises en images de soi, La Rochelle, Association Himeros, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Kaenel et Dominique Kunz Westerhoff, « Avant-Propos », Études de lettres, 3-4 | 2013, 7-12.

Référence électronique

Philippe Kaenel et Dominique Kunz Westerhoff, « Avant-Propos », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://edl.revues.org/567

Haut de page

Auteurs

Philippe Kaenel

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Dominique Kunz Westerhoff

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org