Navigation – Plan du site

L’exotique comme revers de l’espace impérial

Nikolaï Kliouïev et Mikhaïl Lomonossov
Evgueni Kozioura
Traduction de Corinne Fournier Kiss
p. 143-156

Résumé

Nikolaï Kliouïev (1884-1937) fut le chef de file de l’école « néo-paysanne » proche du symbolisme, ce qui lui valut de périr sous le régime stalinien, accusé d’être un « idéologue koulak ». Nourrie par l’imagerie et la mythologie populaire (et schismatique), son œuvre s’inscrit cependant dans la tradition littéraire savante. L’article montre comment la vision de l’Empire russe, du centre et de la périphérie, du monde familier et du lointain exotique, élaborée par le plus grand homme de science et odographe russe du XVIIIe siècle, Mikhaïl Lomonossov, est reprise et transformée par Kliouïev.

Haut de page

Texte intégral

1Nikolaï Kliouïev établit, à plusieurs reprises, dans ses vers sa généalogie poétique. Il y mentionne, une fois, Lomonossov parmi ses prédécesseurs :

  • 1 « V strane holmogorskoj, v nerpjač’em snegu, / Pod starym treskovym karbasom / Našel ja pojuščij be (...)

Dans la région de Kholmogory, dans la neige des phoques
Sous la vieille barque à morues
J’ai trouvé une trace chantante en écorce de bouleau
Des lapti qu’avait tressés Lomonossov1.

2Dans un autre texte, un signe d’équivalence peut être mis entre le peuple-Lomonossov en zipoune coloré et le « je » lyrique de Kliouïev :

  • 2 « Ja posvjaščennyj ot naroda, / Na mne velikaja pečat’ » (p. 391).

Consacré par le peuple
Je suis porteur du grand sceau2.

  • 3 L. Pumpjanskij, « Lomonosov i nemeckaja škola razuma », p. 18.
  • 4 L’une des divergences les plus frappantes apparaît, sans doute, dans le regard qu’ils portent sur P (...)

3Si les biographies des deux poètes présentent de nombreux parallèles (tous deux sont originaires du Nord et issus du milieu paysan), sur le plan littéraire, en revanche, le poète de « l’industrialisation, de la puissance d’Etat et de l’élaboration de la science moderne »3 qu’est Lomonossov semble plutôt devoir servir de contre-exemple à l’apologie de la culture paysanne qui caractérise Kliouïev4. Pour tenter, néanmoins, de déterminer la spécificité de leur parenté littéraire, nous examinerons, sur des exemples précis, la « méthode » créatrice « héritée » par Kliouïev de Lomonossov.

4L’aptitude poétique y est déterminée par une vision particulière consistant à mettre en évidence des analogies entre les attributs de la culture du poète (culture du Nord) et des réalités des plus lointaines et exotiques :

  • 5 « U parnja v ser’ge talismannyj Pamir, / V lučine – kometnoe plamja, / Tjurban Magometa v staruš’em (...)

Le gars a dans sa boucle d’oreille le Pamir porte-bonheur,
Dans la petite torche de copeaux, une flamme de comète,
Le turban de Mahomet est dans le bonnet de la vieille,
Karnak est dans les idoles tchérémisses
Le cœur sait tout, et l’œil-émeraude
Capture tout cela dans le vert des filets5.

Le résultat d’un tel procédé artistique est une certaine image synthétique du monde :

  • 6 « Gljad’, vyšla poèma – ferganskij bazar / Pod sen’ju karel’skih pogostov ! » (p. 495).

Tiens, un poème est né – le bazar de Fergana
A l’ombre des cimetières de Carélie !6

  • 7 K. Azadovskij, Žizn’ Nikolaja Kljueva, p. 152 : « Tout ce qui touche à la Russie et à l’isba russe, (...)

5Ce type d’analogies, parmi d’autres, fonde la poétique de Kliouïev7. Néanmoins, le familier et l’étranger se caractérisent chez lui par une différence de « volume » : certaines marques, se rattachant au quotidien même du poète et à sa culture, renvoient à des séries entières d’exotismes (le plus souvent orientaux). Ainsi dans « La touloupe est sortie de la resserre » :

  • 8 « Poly moi iz Buhary, / Rod rasstjagajnyj vedut, / Pazuhi – plamja Sahary / V russkuju stužu nesut. (...)

Les pans de mon vêtement viennent de Boukhara
Des gâteaux feuilletés poursuivant la lignée,
Les aisselles portent la flamme saharienne
Au cœur du grand froid russe.
Mes dessous se souviennent
Du Cachemire jaune et du Tibet,
Dans la peau de mouton de l’Orient
Une lumière de sacrifice jette encore une lueur8.

6Après avoir réorganisé sa vision, le personnage de Kliouïev est en état de voir de ses propres yeux l’Orient sans perdre de vue le Nord et même sans sortir de sa maison :

  • 9 « Kto neskazannoe čaet, / Verja v tulupnuju mglu, / Tot najavu obretaet / Indiju v krasnom uglu » ( (...)

Celui qui espère l’indicible,
Et croit dans la brume de touloupe
Celui-là trouve véritablement
L’Inde dans son coin rouge9.

  • 10 L’expression d’« exotisme spatial » revient à Vassili Hippius (Gippius), qui a probablement proposé (...)

7Néanmoins, les formes de présence de réalités exotiques à des latitudes qui ne relèvent habituellement pas de leur apanage peuvent ne pas être déterminées par la vision. Une autre variante de l’« exotisation » du Nord est liée à une faculté spécifique de l’espace de se transformer. En outre, des loci géographiques très concrets peuvent faire naître des fragments « métonymiques » d’espaces et de cultures exotiques. Donnons quelques exemples, les plus probants à notre goût, de la façon dont de l’exotisme spatial est déversé dans les territoires nordiques10 :

Le pré de Carélie bruira d’un bruit de baobab,
Et le tamaris grandira sur la plate-bande de choux.

Les bédouins amèneront les troupeaux depuis Poustozersk,
Kem et Valdaï verront le bivouac des caravanes.

Il y a des troupeaux de rhinocéros dans l’Outre-Onéga sauvage,
Il y a un veau de bison dans l’étable de Iaroslav.

Un troupeau d’éléphants de la Petchora
se dirigeait vers l’abreuvoir…

  • 11 « Vosšumit baobabom karel’skaja niva, / I vzrastet tamaris nad kapustnoj grjadoj. // S Pustozerska (...)

Autour de l’isba pousseront des baobabs,
L’étable hébergera les petits tigres,
En mangeant la soupe à la morue, les Arabes
accompliront le rite du désert11.

8Ces images de l’espace (et, en partie, la vision poétique qui leur est corrélative) – tel est le point de chevauchement des mondes artistiques, séparés par deux siècles, de Nikolaï Kliouïev et Mikhaïl Lomonossov.

  • 12 Cf. par ex. E. Dušečkina, « “ Ot Moskvy do samyh do okrain ” (Formula protjaženija Rossii) », p. 10 (...)

9Les paramètres de l’espace odique lomonossovien ont été décrits à de multiples reprises12. Le territoire de l’Etat russe, désigné par la « formule impériale » (Lev Poumpianski) « de… à », n’est pas seulement exceptionnellement grand. L’espace impérial ne cesse de s’agrandir et, de surcroît, en commençant par l’Ode sur la prise de Khotine, le code militaire apparaît comme l’un des indices de cet élargissement :

  • 13 « No čtob orlov sderžat’ polet, / Takih prepon na svete net. / Im vody, les, bugry, stremniny, / Gl (...)

Mais pour retenir l’envol des aigles,
De tels obstacles n’existent pas au monde.
Eaux, forêts, monticules, précipices,
Steppes profondes – ces chemins sont égaux pour eux.
Là où les vents peuvent souffler,
Des régiments d’aigles peuvent accéder13.

10Significative de cette expansion territoriale est la métaphorique de l’eau :

Déjà par mer et par terre
Se déversent les armées russes.

11Dans le monde plat décrit par les odes de Lomonossov, l’Empire russe emplit tout l’espace environnant, telle une eau qui se répand :

  • 14 « Uže i morem i zemleju / Rossijsko voinstvo tečet » (p. 92), « No more našej tišiny / Uže predely (...)

Mais la mer de notre paix,
Déjà, dépasse les frontières,
Emplit de son excès le monde,
Inondant les pays d’Occident14.

12Il est significatif que chez Kliouïev, Lomonossov lui-même devient une métonymie de cet espace en expansion :

  • 15 « Iz izby vytekajut meži, / Lomonosovy, Ermaki… / Ubežat’ v poloveckie veži / Ot valdajskoj jamščic (...)

Hors de l’isba coulent les lisières,
les Lomonossov, les Ermak…
Fuir vers les tentes polovtsiennes
La languine des cochers du Valdaï !15

  • 16 N. Alekseeva, Russkaja oda. Razvitie odičeskoj formy v XVII-XVIII vekah, p. 190. En conformité avec (...)

13Ainsi, dans la perspective de l’ode16, le territoire de l’Empire russe est-il potentiellement équivalent à l’espace terrestre tout entier. La contradiction entre les frontières réelles de l’Etat et le caractère illimité de l’empire idéal peut être aisément résolue : l’espace de l’Empire est présent sur les terres n’entrant pas (encore) dans sa composition sous la forme transformée de la paix ou de la gloire :

Et le monde jusqu’en ses extrémités
s’emplit de la gloire de la vaillance russe.

De sa gloire grandiose
l’ouïe de l’univers est emplie.

14Dans ce contexte, il convient de signaler que les cultures orientales représentent le premier objet de l’« expansion » impériale dans les odes de Lomonossov :

  • 17 L. Pumpjanskij, « K istorii russkogo klassicizma », p. 61-62. Le thème de la conquête de l’Orient n (...)

La Russie […] est la première promotrice de la nouvelle vie de ces peuples dont l’éveil n’a encore pas eu lieu, mais qu’il incombe à la Russie d’impulser. Ainsi la civilisation reviendra-t-elle en Orient17.

15Dans ce sens, la vision de Lomonossov se distingue peu des « conceptions occidentales de l’Orient » décrites par Edward Said.

  • 18 G. Moiseeva, Lomonossov et la littérature russe ancienne, p. 243-244.
  • 19 L. Sazonova, « Ot russkogo panegirika XVII v. k ode Lomonosova », p. 107-109.
  • 20 L. Pumpjanskij, « Lomonosov i nemeckaja škola razuma », p. 24.
  • 21 E. Dušečkina, « “ Ot Moskvy do samyh do okrain… ”(Formula protjaženija Rossii) », p. 119-123.

16L’hyperbolisation lomonossovienne des représentations spatiales remonte à la littérature russe ancienne18 et se rencontre chez les syllabistes du XVIIe siècle19. La « formule impériale », un des éléments constitutifs fondamentaux de la poésie politique des XVIIIe et XIXe siècles20, devient au XXe siècle l’apanage de la culture de masse21. La poésie de Kliouïev s’inscrit ainsi logiquement, mais de façon originale, dans la tradition iconique « lomonossovienne » de l’espace, inversant les principes de la « géographie » de l’ode. Dans l’œuvre du premier, l’expansion infinie de l’espace odique se transforme en un réceptacle d’une infinie capacité.

17Des processus analogues semblent organiser les odes lomonossoviennes, où la tsarine, centre sacré de l’espace impérial, est capable d’attirer à elle les territoires éloignés :

Et les steppes lointaines, dans la chaleur torride,
Embrasées d’amour pour Toi,
Brûlent avec une ardeur redoublée.
Dans le port de Kamtchatka,
Les vagues américaines, en liesse,
Vers Toi, déjà, se précipitent, venus des terres d’Orient

  • 22 « I stepi v znoe otdalenny, / K Tebe ljuboviju vozženny / Ešče userdnee gorjat. / K Tebe ot vstočny (...)

Où que l’on porte son regard,
Par monts et par vaux,
Partout, les regards sont braqués sur Toi,
Partout, on ne parle que de Toi,
Toute pensée est vers Toi dirigée, tout labeur pour Toi effectué22

18Mais le Nord de Kliouïev n’inclut pas l’Orient. Tout l’exotique est déjà contenu dans l’espace septentrional, et le poète se contente de fixer l’instant de son apparition, de son actualisation.

19L’autogénération des exotismes, dans des conditions qui ne leur sont pas spécifiques, n’est possible que grâce aux liens secrets qu’entretiennent les cultures « non civilisées ». Les métaphores de ces liens sont tissées d’éléments discontinus, selon le principe de l’analogie.

  • 23 « S Solovkov do žgučego Kaira / Protjanulas’ tropka – Bož’i četki (…) Rus’ tečet k Velikoj Piramide (...)

Depuis les Solovki jusqu’au Caire brûlant
S’est tracée une sente Chapelet de Dieu…
La Russie coule vers la Grande Pyramide,
Vers Babylone, les jardins de Sémiramis ;
Dans l’isba, quand les grillons célèbrent l’office des morts,
Se dresse un mur des lamentations, autel de l’outrage23.

  • 24 Dans le poème « anti-européen » « La maisonnette de Pierre le Grand… » (« Domik Petra Velikogo »), (...)
  • 25 Comparer avec l’étymologisation de l’Inde comme venant de inde, c’est-à-dire, en russe dialectal, « (...)

20Kliouïev saisit le moment où affleurent les canaux jusqu’alors invisibles de l’intercommunication des différentes parties d’un même espace enfoui24. Et le lien révélé entre le familier et l’étranger entrouvre dans le monde de Kliouïev un autre espace, spirituel : l’Inde blanche25.

  • 26 « Na dne vseh mirov, okeanov i gor / Cvetet, kak duša, adamantovyj bor, – / Doroga k nemu s Solovko (...)

Au fond de tous les mondes, des océans et des montagnes
S’épanouit, telle une âme, la forêt de diamant.
Le chemin qui y mène, des Solovki au Tibet,
Passe par le cœur de l’isba, aux confins du monde26.

21Ainsi, chez Kliouïev, l’Orient (plus largement : n’importe quel territoire « exotique », non-européen) n’est pas un espace étranger qu’il faut s’approprier, mais un espace qui se trouve toujours au sein du familier. Il est néanmoins à noter que la « question orientale » apparaît, chez Lomonossov et Kliouïev, dans un contexte historique similaire. Les odes de Lomonossov et les poésies de Kliouïev des années 1918-1921 (c’est à cette époque que l’intensité des motifs exotiques atteint, chez ce dernier, son apogée) thématisent également l’édification d’un nouvel Etat, qui s’apparente à la création d’un nouveau monde. Si, dans la mythologie étatique de Lomonossov, l’existence de l’Empire implique l’assujettissement de l’Orient, la construction du nouveau monde dans la « cosmogonie » de Kliouïev suppose la libération des univers exotiques enfouis sous les latitudes nordiques.

22Kliouïev renverse les paramètres du monde lomonossovien, tout ce qui est extérieur se change en intérieur. Ainsi procède-t-il, par exemple, avec l’image lomonossovienne de l’Empire comme corps. Dans l’ode de 1748, l’immense corps de la Russie recouvre l’espace :

  • 27 « Sedit i nogi prostiraet / Na step’, gde Hinu otdeljaet / Prostrannaja stena ot nas ; / Veselyj vz (...)

La Russie est assise, jambes étendues
Sur la steppe où un large mur
nous sépare de la Chine ;
Tournant de tous côtés son regard joyeux,
Elle contemple ses bienfaits,
Accoudée au Caucase27.

  • 28 S. Poliakova, la première, a remarqué l’analogie entre l’espace et le corps chez Kliouïev : « O vne (...)

23Chez Kliouïev, en revanche, le corps, représenté comme espace, est décrit de l’intérieur. La meilleure illustration en est sans doute le poème : « Je suis ici, me répondit mon corps » (« Ja zdes’, – otvetilo mne telo »), voyage imaginaire dans lequel les organes intérieurs figurent îles et continents28.

24L’extension en surface de l’espace lomonossovien s’effectue, chez Kliouïev, « de l’intérieur », par germination, la métaphorique de l’eau s’alliant à la métaphorique végétale :

  • 29 « Ot Bajkala do teplogo Kryma / Rasplesnetsja ržanoj Okean » (p. 352).

Du Baïkal à la chaude Crimée
L’Océan de seigle roulera ses vagues29.

25Kliouïev montre, dans sa poésie, le revers de l’Empire, à savoir le monde voilé des cultures exotiques (y compris l’exotisme intérieur de la paysannerie, notamment celui des vieux-croyants et des sectateurs) qui, désormais, affleure.

  • 30 « Vse plemena v edinom slity : / Alžir, Oranževyj Bombej / V kisete dedovskom zašity / Do zolotyh, (...)

26Néanmoins, même « inversé », l’espace (anciennement) impérial de Kliouïev est presque identique, dans ses fonctions, à celui des odes de Lomonossov. L’espace septentrional a toujours, à l’égard des cultures exotiques, une vocation particulière. Dans la réalité de l’ode, c’est la Russie qui doit initier à la civilisation les peuples d’Orient, les libérer, pour ainsi dire, de leur exotisme. Quant à Kliouïev, même si, dans sa « géographie imaginaire » (expression de Said) toutes les cultures exotiques conservent leur spécificité, elles ne peuvent réaliser pleinement leur exotisme qu’en s’enracinant dans la terre russe. C’est dans le Nord seulement que les cultures exotiques trouvent leur lieu originel et peuvent se manifester dans toute leur diversité (« Toutes les tribus ne font plus qu’une : / L’Algérie, Bombay l’Orange, / Cousues dans la blague à tabac du grand-père / Jusqu’aux jours d’or de la Résurrection »30).

  • 31 « Ubežat’ v gluhie ovragi, / Shoronit’sja v sov’em duple… » (p. 490).

27Il est à noter que Kliouïev s’interroge sur la possibilité inverse, celle d’une libération du russe par l’oriental. Il met en scène cette situation dans le poème « Fuir vers les ravins perdus… » (1921). Le début du texte décrit les tentatives du « Moi » lyrique pour se mettre à l’abri de la civilisation qui avance (représentée de manière métonymique par les attributs de la culture livresque), et acquérir un espace intérieur (« S’enfuir dans les ravins perdus / S’enterrer dans les nids de chouettes »31). Le sujet lyrique espère trouver en Orient les conditions de son surgissement, que son imagination (en parfait accord avec l’esprit de Kliouïev) lui présente comme une libération de la corporéité :

  • 32 « Samuraj v slepjaščej kol’čuge / Kupinoj predstanet mne, // Soveršit obrjad harakiri : / Vynet duš (...)

Un samouraï dans une éblouissante cotte de mailles
M’apparaît sous la forme d’un buisson ardent,
Il sacrifie au rite du hara-kiri
Qui extrait de son corps son âme larme-étoile32.

Mais aussitôt, le poète considère avec scepticisme la capacité des cultures orientales à révéler ce qu’elles recèlent de russité :

  • 33 « Vspomjanet li o volžskoj širi / Kitajčonok v čajnom sadu ? / Domeknutsia li po Tjan-Dzinu, / Čto (...)

Se souviendra-t-il de la largeur de la Volga,
Le petit Chinois dans le jardin de thé ?
Devinera-t-on à Tianjin
Que, sous les plis de tché-tchun-tcha,
Fredonnent pour l’enfant, le berçant,
Les sources des chants d’Outre-Onéga ?33

28Ainsi l’exotisme apparaît-il, chez Kliouïev, comme un phénomène qui, pour advenir en tant que tel, a nécessairement besoin d’un espace russe. Mais, s’étant pleinement trouvées dans le Nord, les cultures exotiques doivent se transformer au sein d’une nouvelle réalité utopique.

29Dans le poème « Mémoires du camarade Vassili Grochnikov, tué sur le front de Narva » (1919), le soldat russe mort est le sacrifice indispensable à la réunion de toutes les cultures exotiques et à la création d’un monde nouveau. Dans ce nouvel univers, les cultures orientales non seulement confluent, mais encore subissent une sorte de « russification ». L’égalité de principe entre toutes les cultures exotiques suppose logiquement la possibilité de leur réunion en une seule culture, celle qui les a fait émerger.

30La réalité historique, toutefois, n’a pas favorisé la réalisation de l’utopie « exotique » de Kliouïev. Dans sa poésie de la fin des années vingt et trente, on ne trouve déjà plus cette « exotisation » totale du Nord. L’exotisme se replie de nouveau vers « l’intérieur », il ne peut s’exprimer que dans le cadre de la sous-culture paysanne et, là encore, ne peut prendre forme qu’à travers les fêtes religieuses et les rites agricoles :

  • 34 « Roždestvo – zvezda zolotaja, / Vorob’inyj, rebjačij gam, / Koljadoju dal’nego kraja / Zaklikajut (...)

Noël est une étoile d’or,
Un chahut enfantin de moineaux,
Qui, par ses chants lointains,
Convie le Siam en Russie.
Et le Siam reste jusqu’à l’aube
Dans l’isba34.

Désormais, l’Orient n’est plus pour Kliouïev qu’un espace illusoire, dans lequel il s’abrite de la réalité cruelle :

  • 35 « I v čas, kogda zableščut kop’ja / Moih vragov iz preispodnej, / Ja uberu pospešno shodni. / Prošč (...)

Et quand étincelleront les javelots
De mes ennemis venus de l’Enfer
Je me précipiterai pour retirer la passerelle
Adieu, samovar du Pays des Ours !
Je m’en vais dans la vapeur du thé
Vers une Chine qui ne figure pas sur la carte35.

31Soulignons, pour conclure, que l’« expansion » de la russité vers des espaces plus ou moins exotiques, apparaît comme la composante essentielle de la tradition lomonossovienne, perpétuée par Kliouïev. Le renversement de tous les autres éléments ne remet pas en cause le modèle des relations de la Russie avec les autres pays et cultures exotiques, proposé par Lomonossov. Devenu, au début du XXe siècle, depuis longtemps un cliché, ce modèle a continué de vivre, avec quelques variantes, dans la poésie russe.

Haut de page

Bibliographie

Ajrapetjan, V., Tolkuja slovo. Opyt germenevtiki po-russki, Moskva, 2001.

Alekseeva, N., Russkaja oda. Razvitie odičeskoj formy v XVII-XVIII vekah, Sankt-Peterburg, 2005.

Azadovskij, K., Žizn’ Nikolaja Kljueva, St-Pétersbourg, 2002.

Dušečkina, E., « “ Ot Moskvy do samyh do okrain… ” (Formula protjaženija Rossii) », Ritoričeskaja tradicija v russkoj literature, Sankt-Peterburg, 2003, p. 108-116.

Gippius, V., « Ljudi i kukly v satire Saltykova » (1927), in id., Ot Puškina do Bloka, Moskva/Leningrad, 1966.

Kljuev, N., Serdce Edinoroga. Stihi i poèmy, Sankt-Peterburg, 1999.

—, Slovesnoe drevo. Proza, Sankt-Peterburg, 2003.

Lomonosov, M., Izbrannye proizvedenija, Moskva/Leningrad, 1965.

Moiseeva, G., Lomonosov i drevnerusskaja literatura, Leningrad, 1971.

Poljakova, S., « O vnešnem i vnutrennem portrete v poèzii Kljueva. K voprosu ob arhetipičnosti poèticeskogo jazyka », Blokovskij sbornik, vyp. 7, Tartu, 1986, p. 150-161.

Pumpjanskij, L., « Lomonosov i nemeckaja Škola razuma », XVIII vek, Sbornik 14, Leningrad, 1983.

—, « K istorii russkogo klassicizma », in id., Klassičeskaja tradicija, Moskva, 2000, p. 16-34.

Sazonova, L., « Ot russkogo panegirika XVII veka k ode Lomonosova », Lomonosov i russkaja literatura, Moskva, 1987, p. 107-109.

Sumarokov, A., Izbrannye proizvedenija, Leningrad, 1957.

Zvereva, T., Vzaimodejstvie slova i prostranstva v russkoj literature vtoroj poloviny XVIII veka, Ijevsk, 2007.

Haut de page

Notes

1 « V strane holmogorskoj, v nerpjač’em snegu, / Pod starym treskovym karbasom / Našel ja pojuščij berestjanyj sled / Ot laptja, čto splel Lomonosov. » N. Kljuev, Serdce Edinoroga. Stihotvorenija i poèmy, p. 494. Toutes les citations qui suivent sont tirées de cette édition.

2 « Ja posvjaščennyj ot naroda, / Na mne velikaja pečat’ » (p. 391).

3 L. Pumpjanskij, « Lomonosov i nemeckaja škola razuma », p. 18.

4 L’une des divergences les plus frappantes apparaît, sans doute, dans le regard qu’ils portent sur Pierre Ier. Alors que Lomonossov perçoit le tsar comme « le défenseur, le père, le héros », le Pierre de Kliouïev (en tant que promoteur de la civilisation européenne délétère) est un personnage négatif : « C’est à l’infernale foire d’empoigne, non à la gloire, / que mènent les chemins de Pierre ! » (K duvanu adskomu, ne k slave / Vedut Petrovskie puti !, p. 758).

5 « U parnja v ser’ge talismannyj Pamir, / V lučine – kometnoe plamja, / Tjurban Magometa v staruš’em čepce, / Karnak – v čeremisskoj božnice, – / Vse vedaet serdce, i glaz-izumrud / V zelenye nevody lovit » (p. 495).

6 « Gljad’, vyšla poèma – ferganskij bazar / Pod sen’ju karel’skih pogostov ! » (p. 495).

7 K. Azadovskij, Žizn’ Nikolaja Kljueva, p. 152 : « Tout ce qui touche à la Russie et à l’isba russe, Kliouïev le fait entrer avec insistance en corrélation avec les réalités et les appellations orientales. […] Le poète déploie une grande inventivité pour rapprocher, réunir, fondre en une seule image les concepts russes familiers au lecteur et les concepts exotiques orientaux. »

8 « Poly moi iz Buhary, / Rod rasstjagajnyj vedut, / Pazuhi – plamja Sahary / V russkuju stužu nesut. // Pomnit moja podopleka / Želtyj Kašmir i Tibet, / V škure oveč’ej Vostoka / Teplitsja žertvennyj svet » (p. 310).

9 « Kto neskazannoe čaet, / Verja v tulupnuju mglu, / Tot najavu obretaet / Indiju v krasnom uglu » (p. 311).

10 L’expression d’« exotisme spatial » revient à Vassili Hippius (Gippius), qui a probablement proposé une des premières classifications de l’exotisme dans la science russe. Outre l’exotisme spatial, il a également répertorié les exotismes temporel et physiologique : V. Gippius, « Les hommes et les poupées dans la satire de Saltykov », p. 299-300.

11 « Vosšumit baobabom karel’skaja niva, / I vzrastet tamaris nad kapustnoj grjadoj. // S Pustozerska prigonjat stada beduiny, / Karavannyj prival uzrjat Kem’ i Valdaj » (p. 399-400). « Stada nosorogov v gluhom Zaonež’e, / Bizonij telok v jaroslavskom hlevu » (p. 404). « Ot Pečory slonov’e stado / Potjanulos’ na vodopoj… » (p. 406). « Nad izboj vzrastut baobaby, / Prijutit hlevuška tigrjat, / Za treskovoj uhoj araby / Povedut pustynnyj obrjad » (p. 461).

12 Cf. par ex. E. Dušečkina, « “ Ot Moskvy do samyh do okrain ” (Formula protjaženija Rossii) », p. 108-116 ; T. Zvereva, Vzaimodejstvie slova i prostranstva v russkoj literature vtoroj poloviny XVIII veka, p. 45-57, 114-129.

13 « No čtob orlov sderžat’ polet, / Takih prepon na svete net. / Im vody, les, bugry, stremniny, / Gluhie stepi – raven put’. / Gde tol’ko vetry mogut dut’, / Dostupjat tam polki orliny », M. Lomonosov, Izbrannye proiyvedenija, p. 64. Dorénavant, les citations de Lomonossov seront données selon cette édition.

14 « Uže i morem i zemleju / Rossijsko voinstvo tečet » (p. 92), « No more našej tišiny / Uže predely prevoshodit, / Svoim izbytkom mir navodit, / Razlivšis’ v zapadny strany » (p. 130).

15 « Iz izby vytekajut meži, / Lomonosovy, Ermaki… / Ubežat’ v poloveckie veži / Ot valdajskoj jamščickoj toski ! » (p. 446).

16 N. Alekseeva, Russkaja oda. Razvitie odičeskoj formy v XVII-XVIII vekah, p. 190. En conformité avec la perspective odique, en effet, l’objet « se présente non pas dans sa réalité, mais transformé, vu idéalement ».

17 L. Pumpjanskij, « K istorii russkogo klassicizma », p. 61-62. Le thème de la conquête de l’Orient n’est pas moins exploité par d’autres poètes du XVIIIe siècle. Cf. par exemple : « La nouvelle atteindra les murs de Babylone / Plus rapidement que l’aquilon, / La peur mettra en mouvement les vagues d’Indus. / Au nom de Sémiramis / Nous détruirons les pyramides somptueuses, / Telle la poussière, disperserons le Caire. » (« A vest’ bystree akvilona / Do sten dosjažet Vavilona, / Podvignet volny Inda strah. / My imenem Semiramidy / Rassyplem pyšny piramidy, / Kair razveem jako prah » : Aleksandr Sumarokov, « Oda gosudaryne imperatrice Ekaterine Vtoroj na vzjatie Hotina i pokorenie Moldavii » (1769), in Izbrannye proizvedenija, p. 71-72. (« Sémiramis » fut un des multiples surnoms mythologiques que les odographes ont donné à Catherine II. N.d.T.)

18 G. Moiseeva, Lomonossov et la littérature russe ancienne, p. 243-244.

19 L. Sazonova, « Ot russkogo panegirika XVII v. k ode Lomonosova », p. 107-109.

20 L. Pumpjanskij, « Lomonosov i nemeckaja škola razuma », p. 24.

21 E. Dušečkina, « “ Ot Moskvy do samyh do okrain… ”(Formula protjaženija Rossii) », p. 119-123.

22 « I stepi v znoe otdalenny, / K Tebe ljuboviju vozženny / Ešče userdnee gorjat. / K Tebe ot vstočnyh stran spešat / Uže Amerikanski volny, / V Kamčatskij port, vesel’ja polny » (p. 95-96), « Kuda svoj zrak ni obraščaeš’, / Po množestvu gradov i sel, / Ot vseh k Tebe prosterty vzory, / Toboj polny vse razgovory, / K Tebe vseh mysl’, k Tebe vseh trud » (p. 143).

23 « S Solovkov do žgučego Kaira / Protjanulas’ tropka – Bož’i četki (…) Rus’ tečet k Velikoj Piramide, / V Vavilon, v sady Semiramidy ; / Est’ v izbe, v sverčkovoj panihide / Steny plača, Žertvennik obidy » (p. 408-409). A comparer avec le texte en prose de Kliouïev « Le flambeau déplacé » (« Sdvinutyj svetil’nik », 1919) : « Des ombres mortelles sont tombées des murs de l’église sur la terre natale, sur le peuple russe, sur le sentier perlé de la douceur et de l’art spirituel, qui conduit de manière invisible du pays des Petchenègues vers les temples indiens aux mille piliers. » (« Smertnye teni pali ot sten cerkovnyh na rodimuju zemlju, na narod russkij, na žemčužnuju tropu sladosti i iskusstva duhovnogo, čto v’etsja nevidimo ot Pečenegi do indijskih tysjačestolpnyh hramov », N. Kljuev, Slovesnoe drevo. Proza, p. 126).

24 Dans le poème « anti-européen » « La maisonnette de Pierre le Grand… » (« Domik Petra Velikogo »), on trouve une manifestation négative de tels liens secrets, lorsque la civilisation matérialiste occidentale se les approprie.

25 Comparer avec l’étymologisation de l’Inde comme venant de inde, c’est-à-dire, en russe dialectal, « dans un autre lieu » : V. Ajrapetjan, Tolkuja slovo. Opyt germenevtiki po-russki, p. 290.

26 « Na dne vseh mirov, okeanov i gor / Cvetet, kak duša, adamantovyj bor, – / Doroga k nemu s Solovkov na Tibet, / Črez serdce izby, gde končaetsja svet » (p. 309).

27 « Sedit i nogi prostiraet / Na step’, gde Hinu otdeljaet / Prostrannaja stena ot nas ; / Veselyj vzor svoj obraščaet / I vkrug dovol’stva isčisljaet, / Vozlegši loktem na Kavkaz » (p. 132).

28 S. Poliakova, la première, a remarqué l’analogie entre l’espace et le corps chez Kliouïev : « O vnešnem i vnutrennem portrete v poèzii Kljueva. K voprosu ob arhetipičnosti poètičeskogo jazyka », p. 150-161.

29 « Ot Bajkala do teplogo Kryma / Rasplesnetsja ržanoj Okean » (p. 352).

30 « Vse plemena v edinom slity : / Alžir, Oranževyj Bombej / V kisete dedovskom zašity / Do zolotyh, voskresnyh dnej » (p. 391).

31 « Ubežat’ v gluhie ovragi, / Shoronit’sja v sov’em duple… » (p. 490).

32 « Samuraj v slepjaščej kol’čuge / Kupinoj predstanet mne, // Soveršit obrjad harakiri : / Vynet dušu, slezku-zvezdu. »

33 « Vspomjanet li o volžskoj širi / Kitajčonok v čajnom sadu ? / Domeknutsia li po Tjan-Dzinu, / Čto pod skladkami če-čun-či / Zapevajut, laskajas’ k synu, / Zaonežskih pesen ključi. » (Tché-tchun-tcha : tussor. N.d.T.). A comparer l’incommensurabilité de principe de la Russie avec n’importe quel espace exotique de sa poésie tardive (de l’année 1932 ou 1933) : « Ah, ma pauvre, ma chère, / Mère de 150 millions d’enfants / Ni les steppes de Mozdok ni la Chine / ne suffisent pour parler d’elle. » (« Ah, ona boleznaja, rodnaja, / Sta pjatidesjati mil’onov mat’, / Pro nee nehvatit rasskazat’ / Ni stepej mozdokskih, ni Kitaja », p. 596).

34 « Roždestvo – zvezda zolotaja, / Vorob’inyj, rebjačij gam, / Koljadoju dal’nego kraja / Zaklikajut na Rus’ Siam. / I Siam gostit do rassvetok / V izbjanom vysokom uglu » (p. 651).

35 « I v čas, kogda zableščut kop’ja / Moih vragov iz preispodnej, / Ja uberu pospešno shodni. / Proščaj, medvežij samovar ! / Otčalivaju v čajnyj par, / V Kitaj, kakogo net na karte » (p. 602).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evgueni Kozioura, « L’exotique comme revers de l’espace impérial », Études de lettres, 2-3 | 2009, 143-156.

Référence électronique

Evgueni Kozioura, « L’exotique comme revers de l’espace impérial », Études de lettres [En ligne], 2-3 | 2009, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://edl.revues.org/419 ; DOI : 10.4000/edl.419

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org