Navigation – Plan du site

Le problème de la nomination de la langue ukrainienne

Victoriya Saïdi
p. 101-114

Résumé

« Petit russe », « russe méridional », « ruthène », « russien » et enfin « ukrainien », autant de noms attribués à une seule langue à des époques différentes et par des pouvoirs différents. Dans cet article, nous étudierons les arguments linguistiques et non linguistiques pro et contra l’emploi des différentes dénominations de cette langue pour discuter, entre autres, des controverses incessantes sur la légitimité d’utilisation des mots « ukrainien » et « ruthène ».

Haut de page

Texte intégral

1Le thème développé dans cet article s’inscrit dans le cadre des recherches sociolinguistiques portant sur la problématique de la nomination des langues, dont fait partie le cas de l’ukrainien.

2Qu’est-ce que nommer une langue ?
Commençons d’abord par ce que « nommer » veut dire. Les dictionnaires encyclopédiques nous fournissent les définitions suivantes :
nommer, c’est distinguer par un nom quelque chose, quelqu’un ; désigner par un nom quelque chose, quelqu’un ; qualifier d’un nom quelque chose, quelqu’un… Ainsi, donner un nom à un objet ou à une réalité, c’est les distinguer des autres objets et des autres réalités. La même chose se passe si on nomme une langue : on la distingue des autres langues.

3Pour quelle raison ? Une des réponses est : pour s’identifier par rapport à l’autre, tracer la frontière entre soi-même et l’autre, délimiter les appartenances ethniques et nationales. En ce cas, on ne fait plus la différence entre la langue et la nation, du moins on n’imagine pas l’existence de la nation sans sa langue nationale et vice versa. Cette idée, inculquée dans l’esprit des générations depuis la prise de conscience de l’appartenance nationale en Europe centrale et orientale au début du XIXe siècle, continue à dominer. Lors d’une enquête que nous avons conduite en juin et juillet 2007 à Lviv et Kyiv (Ukraine), la plupart des interviewés, exerçant des métiers différents (y compris des linguistes), étaient persuadés que la langue ne peut pas exister sans nom, car le nom « détermine l’appartenance de cette langue à telle ou telle nation ; si le nom n’existait pas, on l’inventerait tôt ou tard », « la langue sans nom appartient à un petit peuple, qui est peu important et ne représente pas une nation ».

4Une telle conception n’est pas propre qu’au monde slave. Cette question est soulevée perpétuellement, par exemple en Turquie où le discours officiel turc ne veut pas reconnaître la langue des Kurdes. Ainsi, un des adeptes acharnés de sa nationalité et de sa langue, S. Akin, en revendiquant le droit du kurde, écrit : 

  • 1 S. Akin, « Comment ne pas nommer une langue ? », p. 23.

L’une des fonctions essentielles du nom est de rendre présents les objets du monde, de les porter à l’existence. S’il est difficile d’envisager un objet sans nom, puisque tout tend à être nommé dans le réel, il est impossible de concevoir un nom sans l’objet qu’il sert à désigner : le nom est toujours le nom de quelque chose. De par son existence, il catégorise et renvoie à un segment du réel, en servant la médiation entre le monde et le langage. Dans ce rapport dialectique, l’usage du nom revêt bien entendu une importance particulière : dire le nom d’un objet revient à en reconnaître l’existence, à lui faire une place dans l’ensemble des segments constitutifs du réel. Inversement, ne pas dire le nom et l’éviter traduisent un rapport conflictuel à l’égard de l’objet qu’il sert à nommer1.

5Donc, le fait de ranger une langue parmi des objets s’inscrit dans le cadre du positionnement « moi et l’autre », « nous et les autres ». C’est de cette façon que certains enquêtés, en donnant la réponse à la question  : « Pouvez-vous imaginer que votre langue n’a pas de nom ? » disaient : « Non, c’est impossible, parce que tout objet a un nom. Ce qu’on ne peut nommer n’existe pas ».

6Alors, on nomme une langue pour la faire exister comme tout autre objet du monde :

  • 2 C. Canut, « A la frontière des langues », p. 444.

[…] donner un nom résulte d’un processus constructiviste : c’est faire exister une réalité qui ne l’était pas auparavant, c’est homogénéiser, clôturer un ensemble de réseaux ou d’éléments à l’origine en relation les uns aux autres de manière hétérogène […], nommer c’est en quelque sorte construire et immédiatement figer ce construit tout en voulant le donner comme un réel, comme un objet du monde2.

7Le nom circonscrit des frontières, soit imaginaires soit réelles : sociales, religieuses, idéologiques, politiques et administratives. En attribuant un nom à une langue, on la transforme en un objet homogène et réel, ce qui permet aux politiciens de la manipuler et de la mettre à profit en poursuivant des buts politiques :

  • 3 P. Sériot, « Faut-il que les langues aient un nom ? », p. 167.

À partir du moment où une langue a un nom, elle devient un objet homogène, non plus un ensemble dans un diasystème, mais objet de politique linguistique, d’éducation, enjeu de la constitution d’un Etat-Nation. Elle devient aussi, et surtout, objet de discours, qu’il est si facile de confondre avec un objet du monde3.

  • 4 Voici deux exemples. La politique de russification dans l’Empire russe : au XIXe siècle, le projet (...)

8Certes, une langue sans nom ne pourrait jamais devenir objet de manipulation, ni des puissances publiques, ni de tel ou tel groupe ethnique. La puissance publique cherche à profiter du nom d’une langue, soit en imposant une seule langue comme dominante dans un pays plurilingue, qui doit servir à conforter son pouvoir4, soit en reconnaissant l’idiome d’une minorité sociale pour faire face à une autre force nationale menaçant son existence politique. Dans le dernier cas, l’Autriche-Hongrie nous semble exemplaire. Ainsi, pour contrer l’élément polonais en Galicie orientale, les autorités autrichiennes utilisèrent le russien à plusieurs reprises. La politique linguistique du gouvernement autrichien envers le russien fut qualifiée de politique de balance par certains chercheurs (A. Pypin, E. Kruba), car Vienne se montrait tantôt en faveur du russien, tantôt en faveur du polonais selon ses intérêts politiques.

9Quant aux groupes ethniques, il faut citer ici la renaissance nationale et des nationalismes qui en résultent : le processus de purification et celui d’homogénéisation des langues dites nationales depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours :

  • 5 C. Canut, « A la frontière des langues », p. 448.

L’homogénéisation se renforce par une série d’interventions sur les langues : alors que les Serbes tentent de « serbiser » leur langue en évitant les termes proches de la variété croate, en traduisant les œuvres littéraires croates et en prônant l’alphabet cyrillique, les Bosniaques « arabisent » et « turquisent » leur langue5.

10De la même façon, les Ukrainiens ont « ukrainisé » leur langue. Le processus d’« ukrainisation » commença à la fin du XIXe siècle en Galicie orientale (la partie occidentale de l’Ukraine contemporaine).

  • 6 Le mot Rusyn servait à nommer la population, mais l’adjectif dérivé était rus’kyj, et non pas rusyn (...)

11Il est nécessaire de préciser que le territoire de l’Ukraine actuelle fut partagé en grande partie entre deux empires. En Petite Russie (l’Ukraine centrale et orientale) qui faisait partie de l’Empire russe, les habitants étaient nommés « Petits Russiens », rarement « Ukrainiens », tandis que la langue était désignée comme « petit russien » ou « langue russienne méridionale » [malorossijskij, južno-russkij jazyk]. L’ethnonyme « ukrainien » a évincé complètement celui de « petit russien » sur ce territoire seulement au début du XXe siècle. Quant à la Galicie orientale (aujourd’hui l’Ukraine occidentale), annexée à l’Autriche-Hongrie en 1772, le peuple s’y qualifiait de Rusyny, et la langue était nommée rus’kyj jazyk ou rus’ka mova6 avec un seul s ; ces noms sont liés avec la Rus’ de Kiev.

  • 7 Ruthenisch en allemand et rusin en langue locale, que nous traduisons ici par russien.

12Comme on ne peut pas dire en français ni la langue « ruse » (avec un seul s) ni le russe, car cela coïncide avec la nomination de la langue des Grands Russes : russkij ou velikorusskij jazyk, on va choisir ici le terme « russien »7 pour différencier ces deux nominations. L’ethnonyme « ukrainien » n’est apparu ici qu’à la fin du XIXe siècle.

13Alors, ayant imposé le nom « ukrainien » aux Galiciens qui se désignaient jusqu’à cette date comme « Russiens », les promoteurs de cette tendance cherchaient à trouver le maximum de différences entre l’ukrainien et le grand russe. L’introduction du nom « ukrainien » joua un rôle à la fois politique  (l’élimination du nom « russien » qui était trop proche de « russe » permettait de parler d’une nation ukrainienne différente de la nation russe), et idéologique : la création d’un mythe national ukrainien dont l’objectif principal était de contrer celui de la « Grande Nation russe » englobant les Grands Russes, les Petits Russiens (les Ukrainiens) et les Biélorusses.

14L’œuvre fondamentale du professeur M. Hruševs’kyj Histoire de l’Ukraine-Rus’ [Istorija Ukrainy-Rusy] (1897-1902) poursuivit l’objectif de confirmer scientifiquement l’ancienneté et l’authenticité du peuple ukrainien (russien et petit russe) et de sa langue, et de démontrer son indépendance vis-à-vis des Grands Russes.

15Dans le milieu intellectuel russe, les noms « Ukraine » et « ukrainien » ne furent pas acceptés, mais plutôt remis en cause. En les mettant souvent intentionnellement entre guillemets, pour manifester leur protestation (car derrière le nom est entendue l’existence d’une nation différente de la leur), les historiens et les chercheurs russes anti-ukrainiens les plus convaincus orientèrent tous leurs efforts pour s’opposer au « séparatisme ukrainien » (le nationalisme politique ukrainien).

16Ces réactions en Russie sont multiples, nous en citerons quelques- unes. En 1900, le professeur slaviste T.D. Florinskij écrivait :

  • 8 T.D. Florinskij, « Maloruss’kyj jazyk i ukrains’ko-rus’kyj literaturnyj separatizm », p. 356.

Le processus de création d’une langue particulière « ukraino-russienne » [ukrainsko-russkij] en tant que langue de culture se particularise par son côté factice et est dépourvue de toute viabilité […]. En fait, si le parti populiste séparatiste n’existait pas, et si ses membres, au lieu de se donner de la peine pour élaborer leur langue particulière scientifique et cultivée « ukraino-russienne » avaient concentré leurs forces en pleine harmonie avec le parti vieux-russe sur l’expansion de la langue russe, la situation des Russes en Autriche aurait été autre8.

17Actuellement certains auteurs russes, par exemple V.N. Osipov, estiment que les terres de l’Ukraine contemporaine sont peuplées par des Russes, et qu’il n’existe pas plus d’Ukrainiens que de Biélorusses :

  • 9 V.N. Osipov, Russkoe pole, p. 153, 162.

[…] nous ne considérons pas les Ukrainiens et les Biélorusses comme des peuples à part. Nous sommes trois branches d’une seule nation indivisible […]. Le nationalisme ukrainien est une invention qu’on peut comparer avec le nationalisme sibérien ou celui de la région du Don9.

  • 10 Les auteurs cités par S. Rodin, à savoir I.I. Sreznevskij et T.D. Florinskij, ne parlent que de la (...)
  • 11 S. Rodin, Ximera, p. 389.

18Le publiciste russe S. Rodin est d’avis que la domination polonaise en Russie méridionale ne changea ni sa nationalité, ni sa langue : bien qu’elle fût souillée par les polonismes, cette langue resta russe au XVIIe siècle. Les particularités qui commencèrent à distinguer la langue ukrainienne [mova] du russe ne démontrent pas qu’elle s’était transformée en une langue à part, mais en un nouveau dialecte de la langue russe. Les travaux des auteurs cités par S. Rodin10 datent de la fin du XIXe - début du XXe siècle et « prouvent » que sur le territoire de la Russie méridionale il n’existait pas de langue ukrainienne. Le fait que l’ukrainien [ukrmova] était imposé à la Petite Russie en tant que langue maternelle fut dicté par la politique, car l’ukrainien n’est pas un phénomène culturel, mais plutôt anticulturel, le fruit des efforts des forces anti-russes voyant en lui le moyen efficace pour dénationaliser la population russe [russkoe naselenie] de la Russie occidentale et méridionale11.

19En revanche, plusieurs chercheurs et historiens ukrainiens, pour faire face aux attaques de leurs homologues russes, cherchent actuellement à prouver l’authenticité de l’ukrainien et à justifier son existence. Autrement dit, les attaques provoquent une réaction.

  • 12 Rappelons qu’en Galicie orientale, le nom « ukrainien » ne fut introduit qu’à la fin du XIXe siècle (...)

20Ainsi, afin de souligner qu’il s’agit bien des terres ukrainiennes, de la nation ukrainienne et de la langue ukrainienne, les auteurs se servent uniquement de la nomination « ukrainien » même en parlant des époques où ce terme soit n’existait pas, soit signifiait autre chose12 :

  • 13 M. Vozniak, Jak probudylos ukrajins’ke narodne žyttia v Halyčyni za Avsriji, p. 46.

En 1834 le prêtre O. Lozyns’kyj proposa un projet dangereux d’introduire l’abecadlo (alphabet) polonais dans l’écriture ukrainienne13 ;

  • 14 E. Kruba, « La langue ukrainienne à travers les siècles », p. 284.

La reconnaissance de l’ukrainien se heurtait non seulement à des obstacles d’ordre politique et administratif, mais aussi à des conflits internes14 ;

  • 15 O. Subtelnyj, Ukraina, p. 57.

La majorité des Ukrainiens de l’empire autrichien habitait en Galicie, la partie sud-est de l’ex Rzecz Pospolita, envahie par les Habsbourg après le premier partage de la Pologne en 177215.

21Il s’agit vraiment d’une guerre des noms. Les Russes identifient les noms Rus’ et Russie, insistent sur le fait qu’à l’époque de la Rus’ kiévienne (IXe-XIIIe siècle) il n’existait que le peuple russe – russkij narod (avec deux lettres s), que dans les anciennes chroniques, les auteurs parlaient de la Russie et du peuple russe, que le Royaume Polono-Lituanien (XIVe-XVIIe siècle) fut peuplé par les Russes et enfin, que l’appartenance ethnique de la population de la Rus’ orientale (lors de la domination de l’Autriche-Hongrie au cours du XIXe siècle) ne fait aucun doute :

  • 16 S. Rodin, Ximera, p. 393.

[…] ils sont Russes, […] et c’est l’évidence même que ce peuple a toujours parlé russe jusqu’au moment où les « séparatistes ukrainiens » inventèrent une langue artficielle ukrainienne16.

  • 17 Le mot « Ukraine » est relié étymologiquement à « kraj » ‘ extrémité ’, ‘ bord ’.

22Les Ukrainiens persévèrent, de leur côté, à démontrer que le nom Rus’ et celui de l’Ukraine signifient tous les deux la terre ukrainienne. L’ethnonyme « Ukraine », mentionné pour la première fois dans les Annales de Kiev du XIIe siècle, fut utilisé au début pour désigner le territoire frontalier de l’Ukraine17. Mais la guerre libératrice de B. Xmelnyckyj provoqua un changement de sens du nom « Ukraine » : 

  • 18 D. Nalyvajko, Očyma Zahodu, p. 33.

[…] extérieurement semblables, les termes Russie-Rus’, russe-russien mettaient en danger l’indépendance nationale de la population de l’ex-Het’mančyna (les terres des cosaques). Pour la partie du peuple ukrainien qui se trouvait sous le joug de Moscou, le changement de l’ethnonyme devint une nécessité historique primordiale. C’est en Ukraine orientale que le nouveau terme « Ukraine » commença à se répandre18.

23Quant à la Galicie orientale, elle fit un autre chemin historique, c’est pourquoi l’ethnonyme « russien » s’y est maintenu jusqu’à la fin du XIXe siècle.

24Ainsi, la plupart des chercheurs contemporains ukrainiens estiment qu’il est absolument légitime d’employer les noms « Ukraine » et « ukrainien » pour les époques où ils n’étaient pas en usage et où ils signifiaient autre chose qu’actuellement :

  • 19 I. Rudnickij, « Problems of Terminology and Periodization », p. 240.

Je trouve qu’il sera juste d’utiliser rétrospectivement les termes nationaux actuels « Ukraine » et « ukrainien » […]. Le cas de l’Ukraine n’est pas exceptionnel dans cette optique. Les historiens français intercalent sans hésitation les régions celtes et romanes dans l’histoire de la France, bien que le terme « France » soit apparu plus tard et initialement ne désignât que l’île de France (la région de Paris)19.

25L’historiographie ukrainienne considère le peuple ukrainien comme représentant depuis toujours une communauté historique, ayant sa culture et sa langue :

  • 20 I. Ohijenko, Ukrainskaja kul’tura, p. 20.

La langue littéraire ukrainienne fut créée chez nous à une époque très ancienne, avant la conversion au christianisme, c’est-à-dire avant 99820.

26Pour la plupart des chercheurs ukrainiens, seuls les noms de cette communauté changèrent au cours des siècles.

27Ayant examiné le discours sur la dénomination « ukrainien » au XIXe siècle, nous pouvons constater qu’il y eut une grande divergence d’opinions sur la conception de l’ethnonyme « ukrainien », qui a varié selon le sentiment d’appartenance ethnique de chacun.

  • 21 Dans les années 1820-1830, en Petite Russie, les noms « Ukraine » et « ukrainien » furent liés au m (...)

28Les Petits Russiens ukrainophiles21 et leurs disciples galiciens (le parti des populistes) se sentaient Ukrainiens, appartenant à un peuple distinct des Grands Russes, qui a le droit d’avoir sa langue littéraire et sa littérature. P. Kuliš écrivait à ce sujet : 

  • 22 P. Kuliš, « Lyst do P. Glibovoji », p. 31.

Nous tous avons le précieux droit d’être appelés Ukrainiens [...] Permettez-moi de Vous assurer que dans mon expérience de traduction, j’ai fait tout ce qu’on pouvait faire au regard de l’ukrainien commun pour tout le peuple, l’étude et la création de la langue écrite qui font l’objet de mes efforts permanents22.

29Les ukrainophiles identifiaient les noms « petit russe » et « ukrainien », c’est-à-dire qu’un homme avec une identité petite-russe était considéré comme Ukrainien. Il reste à savoir si les Russiens de Galicie faisaient partie des Ukrainiens dans la conception des ukrainophiles.

30Certains Petits Russes, pour qui la notion d’« ukrainien » se distinguait de celle de « petit russe », s’opposaient aux tentatives des ukrainophiles d’écrire en ukrainien, et surtout au changement de nom : 

  • 23 S. Gogockij, cité d’après A.I. Miller, Ukrainskij vopros v politike vlastej i russkom obščestvennom (...)

Qui a autorisé les ukrainophiles à nous priver de notre ancien nom de Russes et de tous les attributs de ce nom, y compris notre langue commune érudite russe, élaborée par le long et laborieux processus de notre histoire, et à remplacer tout cela par ukrainien, apparu plus tard, quelque chose de particulier, ne désignant que la région frontalière ?23

31En ce qui concerne les Galiciens, jusqu’à la fin du XIXe siècle, ils se voyaient comme des Russiens, un peuple différent des Polonais. Leur conscience nationale balançait entre l’idée d’une communauté panrusse sur tout l’espace des frontières historiques de la Rus’ de Kiev dont les Russiens faisaient partie et celle que les Russiens de Galicie est une ethnie distincte au sein de l’Autriche-Hongrie ; certains se considéraient comme un seul peuple avec les Petits Russes.

  • 24 Le mouvement littéraire, culturel et politique en Galicie durant la deuxième moitié du XIXe siècle (...)

32Le changement du nom provoqua une réaction forte chez les Galiciens, se sentant un même peuple avec les Grands Russes (historiquement et non pas politiquement) et prétendant avoir le droit de se servir d’une langue « littéraire » grande russe. Ainsi, O. Mončalovskij, « le père » de la russophilie galicienne24 disait :

  • 25 O. Mončalovskij, Svjataja Rus’, p. 4.

Pour que la culture « ukrainienne » puisse être, l’existence du peuple « ukrainien » est indispensable. Mais ce peuple n’existe pas pour l’instant, et de toute façon pas en Galicie. Nous n’avons ici qu’une variété « ukrainienne » du peuple russe25 ;

  • 26 O. Mončalovskij, Literaturnoe i političeskoe ukrainofil’stvo, p. 25.

En ce qui concerne l’idiome galicien, il est très proche en son essence du grand russe […]. Malgré le nombre important de mots polonais, cet idiome a les caractéristiques essentielles (celles de la grammaire et de la phonétique) du grand russe, et toute tentative de l’attacher à une certaine langue ukrainienne distincte fera rire n’importe qui un peu au courant26.

33Il nous reste encore à analyser le problème du nom « russien ».

  • 27 Cf. G. Castellan, Histoire des peuples d’Europe centrale, p. 176-180, D. Beauvois, Histoire de la P (...)
  • 28 B. Unbegaun, L’origine du nom des Ruthènes, p. 5.

34Premièrement, il faut signaler que l’historiographie européenne se sert souvent du nom « ruthène » pour désigner la population de la Galicie orientale du XIXe siècle27. Pourquoi « ruthène » ? Selon B. Unbegaun, le nom « Ruthènes » provient d’une tribu gauloise (celle des Ruteni de César), appliqué aux Russiens (dans le sens large de ce mot, à savoir toutes les tribus des Slaves de l’Est au cours des XIIe-XVIe siècles) par les Occidentaux en vertu d’un procédé courant au Moyen Âge et qui consistait à donner aux peuples nouvellement apparus sur la scène historique des noms familiers de l’Antiquité. Plus tard, lorsque les Russiens ont été connus sous leur véritable nom, toutes ces dénominations sont devenues, pour ainsi dire, vacantes. Donc, dans l’usage latin de l’Europe occidentale et centrale, le mot « Ruthène» était synonyme de « Russien », dans la mesure où il n’en était qu’une simple traduction28.

  • 29 V.I. Merkulov, « Istoričeskoe edinstvo Rusi », p. 62.

35L’historien contemporain russe V.I. Merkulov voit le mot « Ruthène » (rutini, ruteni, rutheni), où la syllabe ti (te, the) se lit [cy] ([ci]), comme l’altération latine le plus proche du nom Rusyny (Russiens) par rapport aux autres dénominations (Rugi, Ruzzi), car les Rugi est l’interprétation de Rusy (Russiens) dans les langues germaniques, où la consonne dans la syllabe gi se prononce comme un son dur ([gy]). Selon Merkulov, les auteurs des Annales latines et germaniques y inscrivaient le nom de Rusy (Rusyny) en fonction des règles de grammaire de leurs langues, ce qui a abouti à une mauvaise compréhension de ces termes. Ainsi, A.F. Gil’ferding considérait les Rugi comme un peuple germanique et les Rusy comme un peuple slave29.

36Ici nous pouvons nous poser la question suivante : si le terme « Ruthène » est la traduction latine et Rugi la traduction germanique, pourquoi les Autrichiens (parlant allemand) n’ont-ils pas adopté la variante germanique ?

37Deuxièmement, pour les Galiciens du XIXe siècle le mot « ruthène » prit un sens péjoratif et ne signifiait pas du tout la même chose que « russien » :

  • 30 B. Stuparyk, Nacional’naja škola : vytoky, stanovlennia, p. 22 sq.

Les réformes autrichiennes ont provoqué chez les Galiciens un sentiment de reconnaissance profonde envers les Habsbourg, un sentiment qui alimentait le soi-disant ruthénisme – un ensemble d’esprits régnant dans les milieux de l’élite ukrainienne occidentale jusqu’aux années 1830. Un provincialisme borné, propre à ses adeptes (c’étaient en grande partie des prêtres) identifiait les Ukrainiens uniquement avec la Galicie, l’église gréco-catholique et la caste des prêtres. La psychologie du ruthénisme aidait à opprimer et à laisser arriérées plusieurs générations d’Ukrainiens occidentaux, en les empêchant de lutter pour un destin meilleur. En imitant la noblesse polonaise (même en passant à la langue polonaise), les Ruthènes cultivaient un pseudo-aristocratisme qui se manifestait par un mépris envers les paysans et « la langue des porchers »30.

38Mais on peut trouver une autre définition des Ruthènes, déjà dans la deuxième moitié du XIXe siècle, chez I. Franko, dans son ouvrage Les Ruthènes [Rutenci]. Selon l’auteur, l’expression « Ruthènes de Galicie » n’était ni un nom ethnographique, ni historique, mais plutôt un nom « technique » : 

  • 31 I. Franko, Rutenci, p. 4 sq.

C’est un ensemble des certains signes caractéristiques représentant un terme psychologique général. Il est basé, à mon avis, sur des instincts bourgeois (mesquins). Le type bourgeois qui règne dans les milieux de l’intelligentsia de l’Europe occidentale ne s’est pas encore formé complètement chez les Russiens de Galicie. Mais il existe déjà des individus portant ces signes caractéristiques. Ces individus mêmes ne comprennent pas l’essence des signes qu’ils portent, mais ils n’arrivent pas à les cacher. Donc, voilà ce qui est le propre du ruthénisme. Il représente un type de transmission, qui reflète l’époque de la décadence et de la révolution sociale31.

  • 32 P.R. Magosci, « Une nouvelle nationalité slave », p. 418.

39Quant à P.R. Magocsi, il voit les Russiens (en traduction française : les Ruthènes) comme une nationalité distincte. Dans son article « Une nouvelle nationalité slave : les Ruthènes de l’Europe du centre-est », il dit que les Ruthènes résident dans différents pays : en Pologne, en Ukraine (dans la Transcarpatie), en Slovaquie, en Hongrie et ailleurs32. Mais il ne mentionne pas les Ruthènes de Galicie. Donc, une question se pose ici : les Ruthènes transcarpatiques et les Ruthènes de Galicie représentent-ils un seul peuple pour Magocsi, ou sont-ils des peuples différents ? Et encore, dans les références faites par l’auteur en bas de pages, nous trouvons Rusyn en anglais et Rusyn en ukrainien (comme cela s’écrit avec les lettres latines) et non pas « Ruthène ».

40En conclusion, soulignons que la question du nom en Europe orientale débouche sur un problème philosophique beaucoup plus général que le rapport entre le nom et la chose. Ce qui est paradoxal, c’est que la linguistique y est instrumentalisée pour faire comme si les noms étaient des étiquettes des choses. Mais le fait qu’il y ait des discours concurrents pour nommer l’Ukraine et la langue ukrainienne nous rappelle ce que nous soupçonnions déjà : que les noms ne sont pas la preuve de l’existence des choses.

Haut de page

Bibliographie

Akin, Salih, « Comment ne pas nommer une langue ? Le cas du kurde dans le discours juridique turc », Babylonia, 1 (2004), p. 23-25.

Beauvois, Daniel, Histoire de la Pologne, Paris, Hatier, 1995.

Canut, Cécile, « A la frontière des langues. Figures de la démarcation », Cahiers d’études africaines, 163/3-4 (2001), p. 443-464.

Castellan, Georges, Histoire des peuples d’Europe centrale, Lille, Fayard, 1994.

Gieysztor, Alexander, Kieniewicz, Stefan, Rostoworowski, Emanuel, Tazbir, Janusz et Wereszycki, Henryk, Histoire de la Pologne, Warszawa, PWN – Editions scientifiques de Pologne, 1972.

Florinskij, Timofej Dmitrievič, « Malorusskyj jazyk i ukrains’ko-rus’kyj literaturnyj separatizm », in Ukrainskij separatizm v Rossii. Ideologija nacional’nogo raskola, otv.red./éd. Mixail Borisovič Smolin, Moskva, 1998 (1900), p. 330-384.

Franko, Ivan, Rutenci, Lviv, Zahalna Drukarnja, 1913.

Hruševs’kyj, Myxajlo, Istorija Ukrainy-Rusy, Kiev, Naukova Dumka, 1991 (1897-1902).

Kruba, Emile, « La langue ukrainienne à travers les siècles », Slovo, 17 (1995-1996), p. 267-289.

Kuliš, Pantelejmon, « Lyst do P. Glibovoji », in T.G. Ševčenko v epistoliariji viddilu rukopysiv, red./éd. Vasilij Šubravs’kyj, Kiev, Naukova Dumka, 1966 (1861), p. 31.

Magocsi, Paul Robert, « Une nouvelle nationalité slave : les Ruthènes de l’Europe du centre-est », Revue des études slaves, LXIX/3 (1997), p. 417-428.

Merkulov, Vsevolod Igorevič, « Istoričeskoe edinstvo Rusi », Rusin, 1 (2005), p. 3-88.

Miller, Aleksej Il’ič, Ukrainskij vopros v politike vlastej i russkom obščestvennom mnenii (vtoraja polovina XIX veka), Sankt-Peterburg, Aletejia, 2000.

Mončalovskij, Osip, Literaturnoe i političeskoe ukrainofil’stvo, Lviv, Tipografija Instituta Stavropigijskogo, 1898.

—, Svjataja Rus’, Lviv, Tipografija Instituta Stavropigijskogo, 1903.

Nalyvajko, Dmytro, Očyma Zahodu : Recepcija Ukrajiny v Zahidnij Evropi XI-XVIII stolit, Kiev, Osnovy, 1998.

Ohijenko, Ivan, Ukrainskaja kul’tura. Istorija ukrainskoj kul’turnoj žizni, Lviv, Tipografija Instituta Stavropigijskogo, 1918.

Osipov, Vladimir Nikolaevič, Russkoe pole. Sbornik očerkov i statej 1989-1996, Moskva, Desnica, 1998.

Rodin, Sergej, Ximera. Istoričeskoe rassledovanie, « ukraincy : ix proishoždenie, podlinnaja istoria i real’noe nastojaščee », Kursk, Svjatogor, 2002.

Rudnickij (Rudnytsky), Ivan, « Problems of Terminology and Periodization in the Teaching of Ukrainian History. Round Table Discussion », in Rethinking Ukrainian History, ed. Ivan L. Rudnytsky, Edmonton, Canadian Institute for Ukrainian Studies, 1981, p. 234-268.

Sériot, Patrick, « Faut-il que les langues aient un nom ? », in Le nom des langues. Les enjeux de la nomination des langues, éd. Andrée Tabouret-Keller, Louvain, Peeters, 1997, p. 167-190.

Stuparyk, Bogdan, Nacional’naja škola : vytoky, stanovlennia, Kiev, IZMN, 1998.

Subtelnyj, Orest, Ukraina. Istorija, Kiev, Lybid’, 1994.

Unbegaun, Boris, L’origine du nom des Ruthènes, Winnipeg, Académie ukrainienne libre des sciences, 1953.

Vozniak, Myxajlo, Jak probudylos ukrajins’ke narodne žyttia v Halyčyni za Avsriji, Lviv, Drukarnia « DILO », 1924.

Haut de page

Notes

1 S. Akin, « Comment ne pas nommer une langue ? », p. 23.

2 C. Canut, « A la frontière des langues », p. 444.

3 P. Sériot, « Faut-il que les langues aient un nom ? », p. 167.

4 Voici deux exemples. La politique de russification dans l’Empire russe : au XIXe siècle, le projet d’une grande nation russe englobant le grand russe, le petit russe et le biélorusse ou la centralisation linguistique (l’imposition du français [patois français]) sur tout le territoire de la France aux XVIe-XVIIe siècles suite à la centralisation politique du Royaume de France ; ajoutons-y la domination de la langue nationale dans chaque Etat-Nation contemporain.

5 C. Canut, « A la frontière des langues », p. 448.

6 Le mot Rusyn servait à nommer la population, mais l’adjectif dérivé était rus’kyj, et non pas rusyns’kyj.

7 Ruthenisch en allemand et rusin en langue locale, que nous traduisons ici par russien.

8 T.D. Florinskij, « Maloruss’kyj jazyk i ukrains’ko-rus’kyj literaturnyj separatizm », p. 356.

9 V.N. Osipov, Russkoe pole, p. 153, 162.

10 Les auteurs cités par S. Rodin, à savoir I.I. Sreznevskij et T.D. Florinskij, ne parlent que de la langue « petite russienne ».

11 S. Rodin, Ximera, p. 389.

12 Rappelons qu’en Galicie orientale, le nom « ukrainien » ne fut introduit qu’à la fin du XIXe siècle.

13 M. Vozniak, Jak probudylos ukrajins’ke narodne žyttia v Halyčyni za Avsriji, p. 46.

14 E. Kruba, « La langue ukrainienne à travers les siècles », p. 284.

15 O. Subtelnyj, Ukraina, p. 57.

16 S. Rodin, Ximera, p. 393.

17 Le mot « Ukraine » est relié étymologiquement à « kraj » ‘ extrémité ’, ‘ bord ’.

18 D. Nalyvajko, Očyma Zahodu, p. 33.

19 I. Rudnickij, « Problems of Terminology and Periodization », p. 240.

20 I. Ohijenko, Ukrainskaja kul’tura, p. 20.

21 Dans les années 1820-1830, en Petite Russie, les noms « Ukraine » et « ukrainien » furent liés au mouvement appelé ukrainophilie, inspiré du mouvement slavophile et du romantisme européen. Le mouvement se caractérisa par la nostalgie de l’époque des Cosaques, l’intérêt et la sympathie envers la poésie populaire. Avec la fondation de la Société secrète de Cyrille et Méthode et sous l’influence des poésies de T. Ševčenko, qui formula l’idée de renaissance de l’Ukraine, ce mouvement devint idéologique. La société élabora la conception de l’identité ukrainienne en tant que nationale et voyait l’Ukraine comme une formation politique distincte dans la fédération slave.

22 P. Kuliš, « Lyst do P. Glibovoji », p. 31.

23 S. Gogockij, cité d’après A.I. Miller, Ukrainskij vopros v politike vlastej i russkom obščestvennom mnenii (vtoraja polovina XIX veka), p. 34.

24 Le mouvement littéraire, culturel et politique en Galicie durant la deuxième moitié du XIXe siècle se caractérisant par la conception d’un seul espace russe historique, d’une seule langue littéraire et cultivée, par réaction anti-autrichienne.

25 O. Mončalovskij, Svjataja Rus’, p. 4.

26 O. Mončalovskij, Literaturnoe i političeskoe ukrainofil’stvo, p. 25.

27 Cf. G. Castellan, Histoire des peuples d’Europe centrale, p. 176-180, D. Beauvois, Histoire de la Pologne, p. 233, A. Gieysztor et al., Histoire de la Pologne, p. 584.

28 B. Unbegaun, L’origine du nom des Ruthènes, p. 5.

29 V.I. Merkulov, « Istoričeskoe edinstvo Rusi », p. 62.

30 B. Stuparyk, Nacional’naja škola : vytoky, stanovlennia, p. 22 sq.

31 I. Franko, Rutenci, p. 4 sq.

32 P.R. Magosci, « Une nouvelle nationalité slave », p. 418.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victoriya Saïdi, « Le problème de la nomination de la langue ukrainienne », Études de lettres, 4 | 2009, 101-114.

Référence électronique

Victoriya Saïdi, « Le problème de la nomination de la langue ukrainienne », Études de lettres [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://edl.revues.org/315 ; DOI : 10.4000/edl.315

Haut de page

Auteur

Victoriya Saïdi

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • Revues.org